Actualité aéronautique

Crash de Concorde : la lamelle et un défaut

Article publié le 14 décembre 2004 par Simon Castaing

Aujourd'hui, le BEA remet son rapport d'enquête et démontre qu'une lamelle a provoqué un trou dans les réservoirs, avec un accident mortel à la clé.

Le rapport d'enquète final sur l'accident de juillet 2000 de Gonesse, remis aujourd'hui aux parties civiles, confirme que l'origine de l'accident est bien dû à la présence d'une lamelle en titane perdue par un DC 10 de Continental Airlines. Seulement, les débris du pneu qui a explosé ont perforé l'intrados de l'aile, révélant au passage un vice de conception.

Ce problème a été découvert en 1979, et des solutions permettant de résoudre ce problème furent étudiée, mais aucune mesure ne fut appliquée. La Gendarmerie des transports aériens a été chargé d'enquêter pour savoir pourquoi aucune modification n'a été apportée par les constructeurs Aérospatiale et British Aerospace et pourquoi la Direction Générale de l'Aviation Civile, tenue au courant de ces problème n'a pas agit.

Du côté de Continental Airlines, le technicien qui a monté la lamelle et son supérieur hiérarchique seront entendus en février devant le juge d'instrution ainsi que 3 autres personnes de la compagnie aérienne.

La compagnie aérienne Air France reste pour le moment en dehors de toute mise en cause, malgré des allégations mettant en cause la formation de ses équipage Concorde - mais dans ce cas là, c'est la formation de tous les équipages civils qu'il faut remettre en cause.

Liens commerciaux

Sur le même sujet

Les plus belles photos d'avions
Boeing PT-13D Kaydet (N450D) Boeing 737-7CT (W) (C-GWCM) Boeing 767-3Z9 ER (OE-LAX) Airbus A330-302 (VT-JWR) Boeing 787-8 Dreamliner (C-GHPT) Boeing 737-8AS (SP-ENO)