Actualité aéronautique

Eurocopter: Cinquantenaire du premier vol de l'Alouette 2

Article publié le 14 mars 2005 par Simon Castaing

C’est le 12 mars 1955 que décolla pour la première fois du terrain d’aviation de Buc en région parisienne le prototype de l’Alouette 2, qui allait devenir le premier hélicoptère à turbine construit en série dans le monde.

Cette fantastique histoire commence au début des années 50 quand ses deux concepteurs Charles Marchetti et René Mouille décident d’abandonner l’hélicoptère Alouette 1 doté d’un poussif moteur à pistons pour un appareil équipé d’une turbine. Deux turbomoteurs étaient alors disponibles chez la société Turboméca, l’Artouste 1 de 250cv qui fut d’abord choisie et l’Artouste 2 que Joseph Szydlowsky fondateur et président allait finalement leur céder.

Essayé au banc, ce moteur donna toute satisfaction et il fut décidé que le bureau d’étude SNCASE (Société Nationale de Constructions Aéronautiques du Sud Est) de La Courneuve, un des ancêtres d’Eurocopter, dessinerait une nouvelle cellule autour de l’Artouste 2.

C’est donc en cette matinée du 12 mars 1955 à Buc, que le SE 3130 – 01 fit sont premier vol piloté par le chef pilote d’essais Jean Boulet assisté de l’ingénieur navigant d’essais Henri Petit.

Une réussite totale qui allait révolutionner le monde de l’hélicoptère. Le rapport poids puissance installée allait désormais offrir des performances permettant d’élargir considérablement le champ d’application de ce fantastique outil.

Un deuxième prototype pris l’air le 25 mai et au vu des résultats prometteurs des deux machines il fut décidé de tenter le record d’altitude. C’est ainsi que le 6 juin 1955 à Buc devant un aréopage d’officiels et de commissaires, Jean Boulet fit « grimper » son Alouette 2 jusqu’à l’altitude record de 8209 mètres.

La première alouette 2 de série décolla 13 mois après le premier vol du prototype.

En 1957 la SGAC, organisme certificateur de l’époque lui accordât son certificat de navigabilité.

Un regain de jeunesse lui fut donné en 1961 avec l’adoption d’un turbomoteur plus puissant (530cv) et moins gourmand, le Turbomeca Astazou 2. L’appareil sera rebaptisé SA 3180 Alouette 2 Astazou.

La production sera définitivement arrêtée en 1975 avec la livraison du 1324ème appareil.

Les 284 Alouette 2 toujours en service ont effectué 27 000 heures de vol en 2004.

Liens commerciaux

Les plus belles photos d'avions
Boeing 737-4K5 (EI-CUA) Boeing 767-330/ER (EI-DJL) Airbus A320-216 (EI-DSZ) Boeing 737-33S (EI-ERP) Airbus A320-233 (F-ORAD) Boeing 747-4KZF (JA08KZ)