Actualité aéronautique

Accident de Toronto: L'Airbus A340 n'est pas responsable

Article publié le 16 novembre 2005 par Simon Castaing

Le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) fait le point sur l'enquête sur l'accident au vol 358 d'Air France qui est sorti en bout de piste à l'aéroport international de Toronto / Lester B. Pearson (Ontario), au Canada, le 2 août 2005.

Le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) fait le point sur l'enquête sur l'accident au vol 358 d'Air France qui est sorti en bout de piste à l'aéroport international de Toronto / Lester B. Pearson (Ontario), au Canada, le 2 août 2005. L'Airbus A340-313 effectuait un vol à partir de l'aéroport Charles de Gaulle, en France, avec, à son bord, 12 membres d'équipage et 297 passagers. Après un vol sans incident vers Toronto, l'appareil a reçu, à 15 h 56, l'autorisation d'amorcer son approche vers la piste 24L. Le copilote était le pilote aux commandes pour l'approche et l'atterrissage. Au cours de la descente vers l'aéroport, l'équipage a demandé et reçu à deux reprises des guidages radar du contrôle de la circulation aérienne afin d'éviter des orages. Après avoir fait un atterrissage long sur la piste d'atterrissage, l'aéronef est sorti en bout de piste pour terminer sa course dans un ravin tout juste à l'extérieur du périmètre de l'aéroport. Deux membres d'équipage et neuf passagers ont subi des blessures graves pendant l'évacuation de l'appareil. Jusqu'à maintenant, aucune anomalie importante des systèmes de bord n'a été relevée. L'analyse des données de l'enregistreur numérique de données de vol (DFDR) n'a révélé aucune défaillance ou aucun problème des systèmes. Au terme de l'examen physique des débris combiné à une analyse détaillée des paramètres à l'aide du DFDR, aucun problème n'a été détecté relativement aux commandes de vol, aux déporteurs, aux pneus, aux freins ou aux inverseurs de poussée. Les commandes de vol ont répondu comme prévu, les déporteurs sont sortis au toucher des roues, les pneus et le système de freinage ont fonctionné selon leurs caractéristiques de conception et les inverseurs de poussée étaient en position sortie. Les données indiquent aussi que l'aéronef a atterri avec 7500 kg de carburant à bord. Après l'arrêt de l'aéronef, les agents de bord ont repéré des flammes à l'extérieur de l'appareil et ont ordonné l'évacuation. Les intervenants et les véhicules des services d'intervention d'urgence de l'aéroport sont arrivés sur les lieux environ deux minutes après l'immobilisation de l'aéronef. Leurs premières tâches ont été d'aider à l'évacuation des passagers et des membres d'équipage, de s'assurer que ces derniers se trouvaient à un endroit sûr et de maîtriser les flammes qui, alimentées par le carburant, s'intensifiaient rapidement. L'incendie a finalement détruit la presque totalité du fuselage de l'aéronef. Un travail considérable d'enquête et d'analyse reste à faire. Au cours des mois qui viennent, l'équipe d'enquête analysera cet accident, ainsi que d'autres événements survenus précédemment qui présentent des caractéristiques similaires afin de mieux comprendre tous les facteurs contributifs en cause dans cet accident. Pendant cette étape d'analyse, le BST a l'habitude d'examiner les facteurs humains, mécaniques et environnementaux afin de déterminer si ces facteurs ont contribué à l'accident. L'analyse des données factuelles disponibles étant toujours en cours, il serait inapproprié de spéculer sur les conclusions du Bureau au sujet de cet événement. L'équipe d'enquête continue d'être appuyée par le Bureau d'Enquêtes et d'Analyses pour la Sécurité de l'Aviation Civile de la France, le National Transportation Safety Board des États-Unis et d'autres observateurs. Le BST est un organisme indépendant qui mène des enquêtes sur des événements maritimes, de pipeline, ferroviaires et aéronautiques. Son seul but est de promouvoir la sécurité des transports. Le Bureau n'est pas habilité à attribuer ni à déterminer les responsabilités civiles ou pénales.Photo by Lee Thomas

Liens commerciaux

Les réactions des lecteurs

Guillaume
Responsable

Avatar de Guillaume

Inscrit le 02/09/2005
1 876 messages postés

# 16 novembre 2005 23:49
Est -ce la faute des pilotes. J'ai un ami ancien copi sur triple 7 à Air France qui me disait qu'il était obliigé d'enclencher l'atterrissage automatique si les conditions météos n'étaient pas excellentes, ce qui n'était pas le cas à Toronto...

Est-ce que les pilotes n'ont pas respecté les consignes?

_________________
Guillaume - Rédacteur sur AeroWeb-fr.net - Secrétaire AGAW-
Voir le profil de l'auteur Envoyer un message privé à l'auteur

francois78
Membre

Inscrit le 25/01/2009
103 messages postés

# 17 novembre 2005 01:11
J'étais à bord comme passager, je n'ajouterai aucun commentaire ou supposition car les quelques 27 pages d'élucubrations et jugements émis sur Radio Cockpit m'ont quelque peu 'saoulé'. Donc, de grâce, évitez-nous d'autres élucubrations. Je m'en suis sorti en bon état, grâce à l'admirable comportement de l'équipage. Pour moi, sujet clos (ce qui ne m'a pas empêché de voyages depuis: c'était mon 2601° vol (comme passager, et j'en suis aujourd'hui à mon 2619° - avec retour au Canada la semaine prochaine).
Voir le profil de l'auteur Envoyer un message privé à l'auteur

David
Membre

Inscrit le 24/09/2005
182 messages postés

# 17 novembre 2005 16:17
Francois78, si tu pouvais apporter ton témoignage, ça permettrai d'éclairer certaines choses
Voir le profil de l'auteur Envoyer un message privé à l'auteur

Voir toutes les réactions sur le forum

Les plus belles photos d'avions
Boeing 777-35R/ER (VT-JEM) Boeing 717-2BD (N960AT) Embraer ERJ-190AR (ERJ-190-100 IGW) (N239JB) Airbus A300B4-622R/F (D-AEAD) Airbus A330-243 (SU-GDT) Embraer ERJ-145LR (N16976)