Actualité aéronautique

Bourget 2011 : Le salon le plus mal organisé au monde ?

Article publié le 24 juin 2011 par David Barrie

Provocation ? Exagération ? Fait avéré ? Certains points noirs sont venus ternir l'image du plus grand salon aéronautique du monde.

La question peut sembler provocatrice, voire extrême. Néanmoins, après quatre jours de journées professionnelles et trois jours dédiés au grand public, force est de constater que sur de nombreux points, le salon aéronautique du Bourget souffre d'un manque flagrant d'organisation, voire de mauvaise volonté.

Il est toutefois difficile de comparer avec d'autres grands salons dans le monde. Dans les pays du Moyen-Orient par exemple, les organisateurs n'ont pas les mêmes impératifs de circulation ou d'espace. On peut cependant comparer le Bourget avec l'autre grand salon européen, Farnborough. Le salon de Farnborough se déroule en juillet, lors des années paires (et le Bourget dans les années impaires). Il est situé à une quinzaine de kilomètres de Londres, quand la plateforme du Bourget se trouve aux portes de Paris, à seulement cinq kilomètres du Stade de France. Le salon de Farnborough est également plus petit, en superficie.

Les deux salons européens sont toutefois comparables quant au nombre de médias couvrant les événements et les annonces des exposants.

 

Le point de vue de la presse

AeroWeb-fr.net couvrant les deux salons, il nous est plus aisé de dénicher les différences et les problèmes.

Commençons par les centres de presse. Les journalistes peuvent avoir besoin d'un espace de travail disponible toute la journée, du matin très tôt au soir tard. Les organisateurs de Farnborough l'ont bien compris et le centre de presse ouvre dès l'ouverture des portes du salon à 7h00. Bien que peu nombreux à cette heure, les médias apprécient de pouvoir s'abriter au cas où la pluie tombe, surtout au Royaume-Uni. Le soir, même si les hôtesses en charge du centre de presse sont parties, le bâtiment reste ouvert jusqu'à 20h pour que les équipes sur place puissent terminer leur travail. Au Bourget, la logique est différente. Alors que le salon ouvre ses portes dès 7h00, le centre de presse reste fermé aux journalistes jusqu'à 8h30, sauf pour les médias ayant payé un bureau au sein du bâtiment. Qu'il pleuve ou qu'il vente (et ce fut le cas!), nous avons été obligés de rester dehors, trempés ... Après la fin du salon, vers 18h, une responsable passe dans la salle de travail pour avertir que le centre fermera à 18h30. Lorsque, le premier jour, les journalistes ne sont pas partis à l'heure, l'organisation a eu la bonne idée de couper les connexions à internet pour obliger les correspondants à quitter les lieux. A partir du deuxième jour, l'accès à internet a été coupé à 18h30 précisément.

De plus, les personnes couvrant le salon transportaient souvent des équipements lourds et encombrants et auraient eu besoin de laisser leurs affaires à une consigne proche du centre de presse. Au Bourget, la seule consigne existant se trouve à l'entrée du salon et chaque bagage laissé vous coûtera 3€ ... Inutile de vous dire que ce système présente de nombreux inconvénients par rapport à ce qu'offre le salon de Farnborough. Au Royaume-Uni, une pièce à l'entrée du centre de presse demeure ouverte toute la journée et les Air Cadets de la Royal Air Force restent à votre disposition pour la dépose des sacs lors des déplacements sur le salon, gratuitement. L'avantage revient donc clairement au salon anglais pour la simplicité de sa solution.

Le centre de presse du salon du Bourget a gagné en espace, mais est toujours restreint en superficie comparé à Farnborough. Point de grandes salles de conférences ou de salles de travail avec trente ordinateurs pour travailler. Le salon du Bourget a beau être le plus grand salon aéronautique du monde, il fait pâle figure comparé à son concurrent d'outre-Manche sur ce point. Outre-Manche, c'est l'efficacité qui prime. Les journalistes bénéficient de plus de temps car les exposants se déplacent au centre Médias pour les annonces et les conférences de presse. A Paris, c'est le contraire.

Enfin, plus surprenant, seuls les personnes portant un badge "Presse" ont l'autorisation d'entrer dans le centre de presse. Normal ? Oui et non ; lorsqu'un des chefs de la communication d'Airbus a tenté d'entrer dans le bâtiment pour parler à un journaliste dans un bureau, il a tout simplement été refoulé comme s'il n'avait rien à faire là. Rien à faire, il a fallu que le responsable de la sécurité se déplace pour que celui-ci ait l'autorisation temporaire de rentrer dans l'antre !

J'ai fini de râler concernant les conditions de la presse. Tout n'est pas négatif cependant, mais les points positifs sont similaires à ce qu'on peut voir à Farnborough ; les exposants traitent les médias de la meilleure manière pour les attirer dans leurs chalets ou sur leurs stands pour rencontrer des personnalités et les faire participer aux conférences de presse ou à des visites.

 

L'exposition statique des aéronefs

Peu de différences ici, mais l'organisation des chalets en ligne devant la piste pour offrir aux VIP une position de choix pour les démonstrations en vol entraîne des conséquences assez désagréables. L'espace entre les chalets qui longent la piste et les bâtiments est relativement important, mais les avions doivent passer en plein milieu de la foule pour rejoindre les taxiways. Les personnels de sécurité créent donc des cordons pour laisser avancer les appareils. Pour le Superjet SSJ-100, l'encombrement commence à devenir important, mais reste acceptable. Cependant, lorsque l'A380 doit reculer et bouger, le public reste coincé pendant près de quarante minutes ! Quand on est là pour les démonstrations en vol, on peut se permettre d'attendre, mais lorsqu'on doit traverser la zone de sécurité pour se rendre chez un exposant de l'autre côté, il faut négocier et rester diplomate. A Farnborough, les avions sont parqués en bord de piste et le public peut accéder aux abords des appareils jusqu'à environ midi, quand le meeting se prépare et que les aéronefs commencent à être déplacés.

747

AeroWeb-fr.net a reçu des témoignages faisant état de problèmes similaires lors de la prmière journée publique, vendredi 24 juin 2011 : "Lors des exibitions aériennes ,les organisateurs ont décidés de déplacer l'A380 de la zone d'exposition statique à la zone de roulage alors que des milliers de personnes étaient massées le long de la piste. Ceci a provoqué un immense déplacement de foule sur une zone non prévue a cet effet et pouvant générer des problèmes de sécurité. La gendarmerie a dû intervenir munie de haut parleurs pour redéplacer les pauvres spectateurs." Exemple navrant qui illustre bien ce qui a été expliqué ci-dessus, mais à une échelle encore plus importante.

Les transports à Paris

Londres et Paris sont deux zones à peuplement similaires avec un peu plus de onze millions d'habitants dans la région londonienne et en Ile-de-France. Les transports sont problématiques dans les deux centre urbains. Pourtant, les deux salons ont adopté deux stratégies différentes en ce qui concerne les transports pendants ces événements.

Farnborough privilégie une zone blanche où seuls sont autorisés les bus effectuant des navettes entre un parking géant dans un parc et le salon, ou entre la gare et le salon. Il est impossible de se garer sur le salon pour les exposants, la presse ou les invités. Bien qu'il faille un peu de temps (mais pas énormément jusqu'à 7h30) pour se rendre sur ces lieux de stationnement, les déplacements en bus sont rapides et efficaces. Il ne fallait pas plus de temps pour se rendre à Farnborough tôt le matin que pour une journée normale de travail à Londres. En 2010, il nous a fallu dix à vingt minutes de plus sur le trajet que lors d'une semaine "normale" sans salon.

A Paris, les autorités ont préféré intégrer les déplacements en bus à la circulation traditionnelle et supplémentaire due au salon. En résultent des trajets sur trois kilomètres qui ont pu durer jusqu'à quarante-cinq minutes. Mardi 21 juin en particulier, il était plus rapide de marcher que de prendre le bus ; un comble ! La gestion de la circulation par les forces de l'ordre fut assez chaotique. Il aurait peut-être été plus simple de fermer la bretelle d'autoroute arrivant à l'entrée du salon pour privilégier les transports en commun. Ce ne fut pas le cas.

On peut se demander si, habitué au Sud-Ouest moins peuplé que la région parisienne, je ne plaignais pas sans fondement. De nombreuses personnes se rendant au salon ont eu la même réflexion. L'incompréhension de nos collègues américains ou britanniques pouvait se lire sur leurs visages ou sur leurs billets, après coup.

Pour terminer, un seul mot de l'entrée du salon. Les bus arrivaient en porte L3 où quatre queues de filtrage avaient été placées. Vite, dès 8h, les lignes sont devenues bondées. Après la sécurité, le contrôle des badges s'effectuait sur deux portes. Là encore, un ralentissement s'est créé, de manière complètement inutile et prévisible ! Je ne peux pas croire que les organisateurs n'aient pas pensé que les entrées allaient atteindre leurs limites même avant les heures de pointe.

 

Un grand salon pourtant

Ce coup de gueule ne conteste pas que le salon du Bourget est le plus grand et le plus intéressant salon aéronautique du monde. C'est au contraire un plaidoyer pour le rendre plus sympathique et agréable. Cela ne tient finalement qu'à peu de choses. Qu'est-ce que quelques employés de plus pour laisser le centre de presse ouvert quelques malheureuses heures de plus ou des entrées plus étalées pour fluidifier la foule comparés aux sommes exorbitantes dépensées pour des voiturettes électriques de golf (les golfettes pour transporter les VIP), les traiteurs de premier plan ou des chalets luxueux installés pour six jours ? 

Cette attitude est dommageable quand on sait que des centaines de journalistes internationaux se rendent sur le salon et voient en celui-ci l'organisation des Français. Même, certains très modérés se sont dits déçus de cette politique incompréhensible. A quand le changement ?

Liens commerciaux

Les réactions des lecteurs

Guillaume
Responsable

Avatar de Guillaume

Inscrit le 02/09/2005
1 876 messages postés

# 24 juin 2011 20:43
D'après ce que je lis il y a déjà un progrès fulgurant! Il y a 4 ans, quand j'avais couvert le salon toute la semaine, nous avions une connexion internet au centre presse, donc la box se trouvait dans un chalet assez éloigné résultat de très nombreuses coupures.

Malheureusement je ne connais pas le centre presse de Farnborough mais le seul souvenir que j'en ai c'était que tout était planifié alors qu'au Bourget tout n'est pas affiché!

Après j'aimerais apporter mon point de vue lors des show à Farnborough, il y a des zones vastes, prévues pour la presse, pour avoir le meilleur point de vue possible, et il y avait largement assez de place. Au bourget il y a 2 minuscules espaces pour la presse dont la terrasse du centre presse assez éloignée. Pour l'autre qui se trouve au pied du taxiway déjà un nombre très limité de photographes peuvent y aller à cause de la surface, je me souviens une fois d'y être 30 minutes avant, très dur de changer d'objectif ou d'appareil photo sans gêner le voisin! (par contre quel bonheur de se prendre la soufflante du réacteur de l'A380 quand il accélère pour s'aligner sur la piste!)

Pour moi le Bourget a les yeux plus gros que le ventre il y a de la place, mais le gros problème comme disait David c'est l'accès et la circulation!

_________________
Guillaume - Rédacteur sur AeroWeb-fr.net - Secrétaire AGAW-
Voir le profil de l'auteur Envoyer un message privé à l'auteur

Krakotte
Membre

Inscrit le 03/02/2011
57 messages postés

# 24 juin 2011 23:11
Je rajouterai que niveau sécurité, cela laisse sérieusement à désirer.
Contrôle à la va-vite, scan qui bip mais on laisse passer, pas de fouille.
Ceci est mon témoignage mais d'autres confrères ont fais le même constat.
Un exposant m'a même fais savoir qu'à 7h, cela pousser tellement que une vague est rentrée sans aucun contrôle.
Il y a 2 ans, on m'avait fais ouvrir mon portable, contrôler le fond du sac, fouille corporelle.
Je ne suis pas addicte de la sécurité, je m'interroge juste sur le prix (parking, entrée) pour payer des gens qui ne font pas leur job.

Coté exposition, B787 encadré par 2 rampes d'accès, A380 de la Korean orienté coté chalet, pas vu le B747-8 que ce soit en l'air ou en statique (mercredi), A400M en statique, finalement mise à part le X3 et prendre les commandes du C17 cela était bien décevant.
Sympa aussi de mettre la tribune public à l'est, on regarde les avions avec le soleil dans la face (spéciale dédicace aux spotters).

Coté goodies, mise à part distribué des sacs et des cordons porte badges, rien de génial. Où sont les posters A3 et autres vraies goodies des 90'

Coté chalet, j'ai eu le privilège d'être invité, très bon repas, par contre les démos ont commencé quand nous étions en train de quitter le chalet...

C'est mon 7e ou 8e salon et je ne constate pas d'amélioration dans la qualité de ce salon avec le temps...je parle en tant que passionné d'aviation, pas en tant que commercial...(quoi que les contrats, ça se négocie des mois à l'avance, ça ne se décide pas sur le salon...).

Et dire que dans 2 ans, cela sera le 50e salon du Bourget...
Voir le profil de l'auteur Envoyer un message privé à l'auteur

nago
Membre

Inscrit le 07/01/2007
5 500 messages postés

# 24 juin 2011 23:42
Voici comment faire pour faire entrer des amis qui n'ont pas d'accréditation. C'est valable pour toutes manifestations et ça marche :
- Faire regrouper, de manière compacte, derrière vous les personnes qui veulent entrer,
- Forcer le passage,
- Le vigile vous court après,
- L’accès n'est plus contrôlé,
- Vos amis rentrent,
- Éclat de rire garanti !

Bon, accréditation ou pas, par principe, il ne faut pas payer d'entrée pour une manifestation commerciale.
Payer pour un spectacle, une manifestation vraiment sportive, un musée d'accord.
Dans quelle catégorie classer le Bourget ?
Ce fil me vient des remarques ci-dessus...
Bonne visite et bienvenue au Bourget.
Bonne fin de semaine.
Voir le profil de l'auteur Envoyer un message privé à l'auteur

blowlamp59
Membre

Avatar de blowlamp59

Inscrit le 02/01/2009
267 messages postés

# 25 juin 2011 12:23
Vous réagissez en tant que journalistes , donc professionnels, avec des possibilités d'accès que ne possède pas le simple quidam que je suis.Je suis allé au Salon pour la dernière fois en 2007.Soleil de plomb et foule compacte étaient au rendez-vous!.
Par expérience je quitte toujours le salon à partir de cinq heures pour essayer d'éviter l'émeute de la sortie ( il n'y a pas d'autre mot pour qualifier ce foutoir ).Peine perdue, ce fut l'écrasement pour essayer de sortir, à tel point que la queue sous ce soleil implacable, a valu des malaises en chaîne parmi les gens qui se trouvaient là ( ou plutôt devrais-je dire s'écrasaient ) à tel point que les pompiers ont dû mettre une lance à incendie en batterie pour nous arroser et essayer de nous rafraîchir un peu !...Puis ce fut la queue pendant une heure et demie pour tenter de prendre une navette pour rejoindre le parking. Là nous fûmes entassés ( le mot n'est pas trop exagéré) dans un bus de la RATP et j'ai pu expérimenter l'horrible situation de se retrouver de se retrouver compressé dans un wagon à bétail et ai eu l'impression d'être déporté comme lors de la Seconde Guerre Mondiale, à un tel point qu'à un certain moment je ne pouvais plus respirer et j'ai commencé à paniquer.
Fort heureusement, habitant le nord de la France, Paris ne se trouve qu'à deux heures et demie de route de mon domicile, j'ai pu regagner mes pénates sans trop d'encombres après m'être extirpé des files de voitures énormes quittant la capitale.
Ecoeuré, j'ai décidé que je n'y remettrais jamais les pieds.
Pourtant demain, je retrouve à ce salon du Bourget, ma fille et son copain ( ingénieurs tous deux de leur état) et qui, dans le cadre de leur job habitent Paris, Ce sera l'occasion de passer une journée en famille entre passionnés de technique et d'aéronautique.Ce sera ma dernière tentative ...et mon expérience décidera de la suite que je donnerai à ce genre de manifestation.
En tant qu'angliciste de profession et me rendant assez souvent aux Etats Unis et en Angleterre, je peux vous dire que les français sont des nullités à côté de l'efficacité anglo saxonne.lors de manifestations publiques.Les français qui se prennent pour les rois du monde et donneurs de leçons, feraient bien d'e n prendre de la graine.

_________________
If we open a quarrel between the past and present, we shall find that we have lost the future.

Winston Churchill, House of Common,18 June 1940
Voir le profil de l'auteur Envoyer un message privé à l'auteur

Curufinwe
Responsable

Avatar de Curufinwe

Inscrit le 27/04/2006
2 618 messages postés

# 25 juin 2011 12:28
Tout à fait. Déjà, notre situation était peu enviable alors je n'ose imaginer ce que cela peut donner lors des journées publiques, avec un temps ensoleillé qui plus est !!!
Bon courage!

_________________
David - prof policier, secrétaire, assistant social, parent, infirmier et psychologue à Toulouse!
Rédacteur en chef d'Aeroweb-fr.net
Mes photos sur Pictaero

"Never trust a small man. His brain's too near his arse," Sir Noel Coward.
Voir le profil de l'auteur Envoyer un message privé à l'auteur

Voir toutes les réactions sur le forum

Les plus belles photos d'avions
Boeing 737-8 Max (N8704Q) Boeing 737-8 Max (N8704Q) Airbus A350-941 (F-WWCF) Eurofighter EF-2000 Typhoon FGR4 (ZK356) Boeing 757-2K2 (G-TCSX) Saab JAS-39C Gripen (39268)