Actualité aéronautique

Un 777 de Malaysia Airlines s'écrase en Ukraine, les séparatistes montrés du doigt

Article publié le 18 juillet 2014 par David Barrie

L'avion a été semble-t-il abattu par un missile sol-air de type BUK. Les séparatistes pro-russes en Ukraine semblent devenir les coupables idéaux même si aucune piste n'est à écarter.

Hier jeudi 17 juillet 2014 dans l'après-midi, un Boeing 777-200ER de la compagnie Malaysia Airlines s'est écrasé dans l'est de l'Ukraine à une cinquantaine de kilomètres de la frontière avec la Russie. Le vol MH17 était parti d'Amsterdam à 12h15 heure locale et se rendait sur l'aéroport de Kuala Lumpur qu'il devait rejoindre le lendemain à 6h10. L'avion, immatriculé 9M-MRD, comptait à son bord deux cent quatre-vingt dix-huit personnes, dont quinze membres d'équipage.

Dès les premières heures suivant le crash, les autorités malaisiennes et la compagnies ont affirmé que l'appareil, en service depuis sa livraison en juillet 1997, n'avait émis aucun appel de détresse. Malaysia Airlines a même tenu à préciser que la dernière visite de maintenance de l'aéronef équipé de deux moteurs Rolls Royce Trent 800 avait eu lieu le 11 juillet dernier. 

Ce n'est que dans les heures qui suivirent que la piste d'une attaque par un missile sol-air a fait son apparition. Ce sont les Ukrainiens les premiers qui ont émis cette hypothèse avant qu'elle ne soit la possibilité qui fasse le plus l'unamité même si le transporteur malaisien dit ne vouloir écarter aucune éventualité.

Eurocontrol, l'organe de contrôle aérien en Europe, avait validé le plan de vol qui survolait l'espace aérien ukrainien soumis à aucune restriction.

Au moment de l'incident, le 777 se trouvait au-dessus d'une zone contrôlée par les séparatistes pro-russes. Ces derniers, ainsi que l'armée ukrainienne et l'armée russe, ont les moyens d'abattre un avion à plus de dix kilomètres d'altitude. Le coupable tout trouvé est le système russe BUK fabriqué par Almaz-Antey. Reste à savoir qui l'a utilisé ; il semble proscrit que l'armée russe se risque à abattre un avion de ligne clairement identifié. Ne restent finalement que l'armée ukrainienne loyale au pouvoir et les milices séparatistes. Les Ukrainiens n'avaient aucun intérêt à tirer sciemment sur un avion de ligne civil mais aurait pu le méprendre avec un appareil "ennemi". Les séparatistes ne bénéficiant pas d'outils leur permettant d'identifier l'avion auraient pu penser qu'il s'agissait d'un avion ukrainien.

De toute manière, il semble acquis qu'un tir "perdu" soit à exclure. Le tir a été effectué sciemment, même si l'avion a pu ne pas être vraiment identifié. Il est toutefois difficile à croire que les autorités ukrainiennes aient annoncé un tir de missile dès les premières minutes en sachant que ses propres forces armées étaient fautives.

A bord du Triple Sept de Malaysia Airlines, se trouvaient 189 Néerlandais, 44 Malaisiens, 27 Australiens, douzeIndonésiens, neuf Britanniques, quatre Belges, quatre Allemands, trois Philippins, un Canadien, un Néo-Zélandais et quatre passagers dont la nationalité doit encore être vérifiée.

La compagnie malaisienne indique qu'à partir d'aujourd'hui, tous les vols en provenance et vers l'Europe éviteront l'espace aérien ukrainien et emprunteront un couloir aérien passant au sud de la Turquie.

777

L'avion en question est sur PictAero (9M-MRD - 28411/84).

Liens commerciaux

Sur le même sujet

Les plus belles photos d'avions
Boeing CH-47D Chinook (D-106) Boeing AH-64D Apache (Q-29) Eurocopter EC-135P-2+ (D-HDDL) Embraer EMB-121AN Xingu (77) Alenia C-27J Spartan (1962) Alenia C-27J Spartan (08)