Actualité aéronautique

Le Solar Impulse termine son tour du monde.

Article publié le 29 juillet 2016 par David Dagouret

Le 26 juillet 2016, l'avion solaire a bouclé son tour du monde totalisant 43 041 km parcourus en 17 étapes et 23 jours de vol.  

Arrivant d'Égypte, Bertrand Piccard a atterri hier matin à Abu Dhabi à 04h05 heure locale (UTC+04:00). Il a ainsi conclu la dernière étape du tour du monde à bord d'un avion électrique uniquement alimenté par l'énergie solaire et capable de voler plusieurs jours et nuits de suite sans carburant. Cet atterrissage finalise le tour du monde historique qui a commencé le 9 mars 2015 lorsque le Solar Impulse est parti d'Abu Dhabi avec André Borschberg aux commandes.

4416.jpg

Occupant à tour de rôle le cockpit monoplace de 3,8 m3, Bertrand Piccard et André Borschberg ont volé autour du monde en parcourant 17 étapes à travers l'Asie, l'océan Pacifique, les États-Unis, l'océan Atlantique, la Mer Méditerranée et le Moyen-Orient. Au total, 19 records mondiaux ont été établis ou sont encore en attente d'homologation par la Fédération Aéronautique Internationale (FAI). André Borschberg a notamment réalisé l'exploit inédit de voler cinq jours et cinq nuits d'affilée au-dessus de l'océan Pacifique entre le Japon et Hawaï – la plus longue durée de vol en solitaire jamais effectuée en avion, tous types confondus - Bertrand Piccard, quant à lui, a effectué la toute première traversée de l'océan Atlantique à bord d'un avion solaire.

4061.jpg

Rappelons tout de même que l'aventure du Solar Impulse avait été intérrompue entre juillet 2015 et avril 2016 suite à un problème technique survenu lors du vol entre le Japon et Hawaï. En effet après son vol au dessus de l'océan pacifique de plus de 117 heures, l'avion solaire avait subi des dommages "irréversibles" sur ses batteries qui  avaient subi une surchauffe, dommage qui avait conduit les pilotes suisses Bertrand Piccard et André Borschberg a interrompre l'aventure. Le tour du monde du Solar Impulse avait donc repris le 21 avril 2016 après 9 mois d'interruption et s'est terminé le 26 juillet dernier avec le retour à son point de départ, Abu Dhabi. 

Pour les deux pionniers suisses, cet exploit incarne la réalisation d'un rêve que de nombreux spécialistes avaient considéré comme irréalisable, mais c’est aussi la preuve que les énergies renouvelables et les technologies efficientes offrent des solutions concrètes au développement durable. L'explorateur et médecin dans l’âme, Bertrand Piccard, avait imaginé un avion capable de voler continuellement après son tour du monde en ballon sans escale en 1999, lorsqu’il s’est fait la promesse de faire un nouveau tour de la terre sans carburant. En 2004, il a commencé à réunir les partenaires qui ont ensuite fournit les fonds et la technologie nécessaires à cette aventure, et s’est associé à André Borschberg. Entrepreneur et aviateur expérimenté, Borschberg, a relevé le défi technique consistant à développer et à faire voler l'avion solaire. Outre le fait d’avoir pris à tour de rôle les commandes de Solar Impulse dans les airs, le tout premier tour du monde en avion solaire marque également l’exploit du binôme sur la terre ferme: pendant que Piccard a élaboré le projet visant à promouvoir les technologies propres, Borschberg a rassemblé l'équipe de conception et de fabrication de Solar Impulse tout en planifiant les missions de vol.

Le président et le pilote Bertrand Piccard a déclaré  en s'adressant à la foule alors qu'il sortait du cockpit du Solar Imulse : "C'est non seulement une première dans l'histoire de l'aviation, mais c'est surtout une première dans l'histoire de l'énergie. Je suis certain que d'ici une dizaine d'années, il y aura des avions électriques transportant 50 passagers dans des vols courts ou moyen-courriers. Mais cela ne suffit pas. Les technologies propres utilisées par Solar Impulse pourraient s'appliquer au sol, dans notre quotidien, pour réduire de moitié les émissions de CO2 , tout en étant rentable. Solar Impulse n'est que le début d'un processus qu'il faut faire avancer !".

4417.jpg

André Borschberg, le CEO, Cofondateur et pilote du projet a souligné : "Parcourir une étape avec un tout nouveau type d'avion est déjà difficile, mais réaliser un tour du monde représente un véritable défi. Cet exploit est la confirmation que ces technologies sont réellement fiables. Il y a là un véritable potentiel pour le secteur de l’aéronautique: même si les avions alimentés à 100 % en énergie solaire pourraient prendre un certain temps avant de prendre forme, les avions électriques se développeront dans un avenir proche du fait des nombreux avantages qu'ils représentent, notamment en termes d'efficacité énergétique".

À l'avenir, Bertrand Piccard et André Borschberg vont continuer à promouvoir activement l'utilisation de technologies propres et modernes comme un moyen d'améliorer la qualité de la vie sur Terre. Premièrement, cela se traduira par la création du Comité International des Technologies Propres, construit sur la base de l'initiative #futureisclean. Ce comité regroupera les principaux acteurs mondiaux du secteur des technologies propres et fournira aussi bien aux gouvernements qu'aux entreprises une orientation indépendante et fiable en matière de politique énergétique. Deuxièmement, cela se fera en poursuivant le travail entrepris par l'équipe d'ingénieurs dans le domaine des avions électriques sans pilote et à autonomie élevée, dont les appareils pourraient voler pendant plusieurs mois à haute altitude. L'idée sera de proposer des services susceptibles d'apporter une plus-value exponentielle et de compléter de façon polyvalente et durable le travail fourni actuellement par les satellites.

Bertrand Piccard a précisé : "Nous avons parcouru 40 000 kilomètres (autour du monde) sans carburant, cependant il reste beaucoup d'efforts à faire pour favoriser une implémentation mondiale des technologies propres et pour inciter tous les individus à diminuer leur dépendance quotidienne envers les énergies fossiles. D'où la création du Comité international des technologies propres."

André Borschberg a conclu : "Bien sûr, Solar Impulse est en très bonne position pour contribuer aux prochaines générations d'avions électriques, qu'il s'agisse d'engins avec ou sans pilote. En misant sur les compétences en ingénierie et sur l'expertise que nous avons acquise au cours de la dernière décennie, nous allons continuer à travailler pour stimuler les innovations concrètes et les solutions révolutionnaires."

4419.jpg

Liens commerciaux

Sur le même sujet

Les plus belles photos d'avions
McDonnell Douglas MD-82 (DC-9-82) (I-DAWZ) Boeing 737-3Y0 (EI-DJS) Airbus A320-214 (F-GKXI) Boeing 737-306 (PH-BDA) Boeing 737-7K2 (PH-BGT) Airbus A319-114 (D-AILL)