Focke-Wulf Ta 152

  • Constructeur : Focke-Wulf
  • Catégories : Appareils de la Seconde Guerre mondiale, Avions de chasse
  • Pays : Allemagne
  • Année du premier vol : 1943

Description de l'appareil Focke-Wulf Ta 152

Le Ta 152 peut être considéré comme l'un des chasseurs à pistons ultime de la guerre ; construit à peu d'exemplaires, il eut cependant un impact négligeable sur les combats dans le ciel allemand. Dérivé du Fw 190A, il dispose d'un moteur en ligne plus puissant, et d'une voilure modifiée. La version la plus construite, le Ta 152H, était un chasseur de haute altitude, à l'envergure spécialement allongée. Seules quelques dizaines d'exemplaires seront construites, et il ne verra que peu le combat avant la fin de la guerre.

Kurt Tank, le concepteur du Fw 190, essaie depuis 1942 de créer un chasseur de haute altitude, domaine duquel la chasse allemande est à l'époque totalement absente. Après avoir essayé en vain de modifier des Fw 190A existants en les allégeant et en augmentant l'apport d'air au compresseur par l'ajout de prises d'air extérieures, il se lance dans l'adaptation des moteurs en ligne Daimler-Benz DB603 et Junkers Jumo 213 à la cellule de son chasseur. Ces moteurs sont plus légers et plus puissants que le BMW 801D en étoile qui équipe les Fw 190A. Cette recherche donne les Fw 190B et C, morts-nés à cause notamment de leur cabine pressurisée dont l'étanchéité pose de gros problèmes.

Le turbocompresseur TK-11 est enfin installé début 1943, après un long temps de développement, sur cinq cellules de Fw 190A remotorisées avec des DB 603G et dotés d'hélices en bois quadripales Schwartz. Censé décupler la puissance du moteur à haute altitude, il se révèle rapidement peu fiable et est abandonné. La motorisation est cependant gardée, et la configuration donnera naissance au Fw 190D "long nez".

La menace des bombardiers lourds Alliés se précisant clairement en 1943, le besoin pour des chasseurs d'altitude se fait pressant. Messerschmitt se lance sur le Me 155, qui sera transféré à Blohm und Voss et deviendra le BV 155 ; Focke-Wulf étudie des dérivés du Fw 190D9, à base de moteur Jumo 213E, avec les dispositifs de surpuissance momentanée GM-1 (système à oxyde nitrique, pour la haute altitude) et MW 50 (mélange eau-méthanol). Nommé Ta 153, le chasseur est bientôt rejeté par le RLM (Reichluftministerium, Ministère de l'Air) en même temps que le Me 209.

Tank revient alors à la charge avec un version modifiée, nommée Ta 152. Doté d'une aile à l'envergure augmentée de 11 m contre 10,5 m pour le Fw 190D9, et à l'aérodynamique affinée, il est d'abord décliné en Ta 152A et B ; le premier prototype vole en Juillet 1943. Le Ta 152A, un chasseur classique, est rejeté en Avril 1944 par le RLM ; le Ta 152B, dont on tenta de tirer une version lourdement armée de 3 canons MK 103 de 30 mm (Ta 152B-5), qu'on équipa par la suite d'équipements de vol tout-temps (Ta 152B-5/R11), n'aura pas le temps d'être produit en série avant la fin de la guerre.

Le Ta 152C, motorisé par le DB 603, a un fuselage légèrement rallongé de 0,5 m. Il est décliné en C-1 et C-2, à canon MK 108 de 30 mm dans l'axe du moteur et deux canons de 20 mm MG 151/20 à la racine des ailes ; et Ta 152C-3 à canon de MK 103 dans l'axe moteur, plus les deux canons d'aile. Seul le C-1 sera produit, à partir de mars 1945. La prolifération des versions inclut même une version lance-torpilles, le Ta 152C-1/R14...

Le Ta 152H est une variante de haute altitude dont six prototypes sont commandés par le RLM en décembre 1943. Caractérisé par une envergure de 14,44 m, et au fuselage allongé comme le Ta 152C, il est équipé d'une dérive agrandie, d'une hélice tripale VS 9 en bois, de 3,6 m de diamètre. Le moteur Jumo 213E est équipé de MW 50 et de GM-1 de manière standard ; les réservoirs de ces deux systèmes leur donnent une autonomie de 28 min et 17 min respectivement. Le GM-1 augmente considérablement les performances à haute altitude, apportant plus de 400 ch. L'armement est le même que sur les Ta 152C-1 et -2 : un canon MK 108 de 30 mm et deux canons MG 151/20 de 20 mm. Un réservoir supplémentaire de 300 ou 600 litres peut être pris sous le fuselage.

La pressurisation de l'habitacle fonctionne mieux que sur les premiers Fw 190B et C de haute altitude. Basée sur un tube en caoutchouc gonflé sous pression et une verrière en "double vitrage" de plexiglas, elle rendait cependant l'éjection de la verrière délicate en vol. L'absence totale d'humidité entre les deux vitres était assurée par des capsules de gel de silicate.

Le programme est retardé par le crash des deux premiers prototypes, mais les essais révèlent un excellent avion capable de monter à 11000 mètres en 15 minutes, altitude à laquelle son Jumo 213E-1 développe 1260 ch (contre 1750 au décollage). Cette puissance moteur, qui le pousse à 550 km/h au niveau de la mer, lui donne 750 km/h à 9500 m et jusqu'à 765 km/h à 12500 m (grâce au dispositif GM-1). Son pilotage n'est pas aisé pour autant : s'il a des caractéristiques de décrochage saines, sa grande aile a tendance à l'aider à déraper en virage et il devient instable lors de piqués à plus de 600 km/h. Le système de pressurisation reste peu fiable, et les canons ont tendance à s'enrayer ou à se déclencher tous seuls suite à des infiltrations d'eau et de boue dûes aux mauvaises pistes utilisées.

Le Ta 152H-0 de présérie, privé de MW 50 et de réservoirs d'aile, est construit à une quarantaine d'exemplaires avant la fin de la guerre. Le Ta 152H-1 qui le suit dispose de réservoirs d'aile pour une contenance totale de 400 litres de carburant. La version de production est le Ta 152H-1/R11, disposant d'un radiocompas FuG 125 Hermine, d'un pilote automatique et d'un pare-brise chauffé (évitant la condensation). Il se révélera cependant instable lorsque tous ses réservoirs sont pleins, et le dispositif GM-1 est éliminé, donnant le Ta 152H-1/R21. Au final, un total de 67 Ta 152H sont construits, le programme étant "ajourné" fin mars 1945 pour laisser la priorité au Me 262.

La carrière opérationnelle du Ta 152 est courte. Un seul Gruppe entier de chasse, le III./JG 301, sera formé sur l'appareil, qui remplace leurs Fw 190A-8 à partir de Février 1945. Après un temps d'adaptation, le Gruppe est lancé au combat contre un raid de bombardiers lourds le 2 Mars ; mais sa formation sera disloquée par des Bf 109G du IV./JG 301 qui prennent le nouveau chasseur pour un avion allié. Les Ta 152 se dégagent sans peine en montée, mais perdent l'occasion d'attaquer la chasse ennemie. Par la suite, seuls des engagements très limités auront lieu, mettant au prises quelques appareils contre des Tempest ou des Spitfire. La bataille de Berlin voit les Ta 152 fournir une couverture de chasse au-dessus de la ville, à l'issue de laquelle une paire est engagée par une formation de Yak-9, le 24 Avril 1945. Un Ta 152 est descendu, l'autre revendiquant deux victoires.

Source principale : Aérojournal n°1, Décembre-Janvier 2008

Liste des versions de l'appareil Focke-Wulf Ta 152

Il n'y a pas de version référencé pour cet appareil.

Toutes les photos de l'appareil Focke-Wulf Ta 152 sur Pictaero

Voir toutes les photos de l'appareil Focke-Wulf Ta 152

Les plus belles photos d'avions
Airbus A320-214 (F-HBAO) Diamond DA-40D Diamond Star (F-HDJE) Airbus A320-214 (G-EZWK) Cessna 510 Citation Mustang (G-FBKF) Piper PA-28-161 Warrior III (OO-TMU) Airbus A330-343X (B-5935)