North American OV-10 Bronco

  • Constructeur : North American
  • Catégories : Appareils modernes (1955 - 1980), Avions d'appui et d'attaque au sol
  • Pays : États-Unis
  • Année du premier vol : 1965

Description de l'appareil North American OV-10 Bronco

Le North American OV-10 Bronco est un avion léger d'appui-sol rapproché, maniable à basse vitesse, à configuration bipoutre et bi-turbopropulseur. Sa conception date des années 1960, et il n'a été retiré du service qu'au cours des années 1990, les Bronco du Marine Corps ayant participé à la première guerre du Golfe. Boeing, qui a récupéré les droits du OV-10 en absorbant Rockwell International (fusion de North American et Rockwell Standard Corporation), a proposé en 2009 le OV-10X, un Bronco remis à jour au niveau systèmes et avionique, pour combler le trou actuel dans les capacités de l'armée US en terme d'avion léger d'appui-sol.

Le concept du Bronco dérive de la réflexion de deux majors des Marines au début des années 1960, qui imaginaient un avion simple d'appui-sol, bien intégré aux opérations terrestres. L'appareil pourrait être opéré au niveau du bataillon, depuis des routes grâce à une envergure limitée à 20 pieds (7 m), serait plus rapide qu'un hélicoptère mais plus lent qu'un jet, étant motorisé par des turbopropulseurs. Véritable avion d'infanterie, il était prévu pour être équipé de canons sans recul de 106 mm. Les deux majors, K. P. Rice et William H. Beckett, construisent même une maquette en fibre de verre de leur concept dans un garage, avant d'aller démarcher leur hiérarchie.

Après une période de scepticisme, les forces armées se lancent en publiant le cahier des charges du programme "Light Armed Reconnaissance Aircraft" (Avion Léger de Reconnaissance Armée, LARA), lancé conjointement par l'Air Force, la Navy et l'Army, en remplacement des Cessna O-1 Bird Dog et O-2 Skymaster. Est demandé un biplace biturbopropulseur, avec 1100 kg de charge utile, et capacité d'emport de six soldats, le tout capable d'encaisser de 3g négatifs à 8g positifs. L'armement prévu était à base de quatre mitrailleuses de 7,62 mm, avec ajout possible d'un canon de 20 mm en nacelle, et de missiles Sidewinder. Le train d'atterrissage devait supporter le décollage et l'atterrissage en "tout-terrain", la Navy construisant une piste spéciale pour tester ce point.

C'est North American/Rockwell qui remporte l'appel d'offres avec son NA-300, qui élimine notamment le Grumman OV-1 Mohawk, déjà en service, et fait son premier vol le 16 juillet 1965 (les premiers appareils entreront en service en Octobre 1969). Le concept a évolué par rapport au départ, avec un avion bien plus lourd et complexe, à l'envergure doublée, doté de nombreux systèmes et de sièges éjectables. Une attention particulière a été portée sur le champ de vision de l'équipage, avec une verrière proéminente plus large que le fuselage, et une aile haute en arrière du cockpit qui libère la vue vers le bas sur quasiment 360 degrés. La configuration est grossièrement comparable à celle du Northrop P-61 Black Widow, à part l'aile et la profondeur hautes.

Le principal défaut de l'appareil est sa sous-motorisation, qui limite son plafond, mais surtout rend dangereux le vol sur un seul moteur, limite les capacités de décollage / atterrissage court et envoie parfois les appareils au tapis lorsque les équipages se retrouvent bloqués dans le relief. Les capacités de l'avion en altitude (plafond d'environ 5500 m, contre les 8000 m demandés) et par grosses chaleurs sont donc largement limitées, ce qui ne l'empêche pas d'être maniable, et généralement plus sûr qu'un hélicoptère grâce à sa vitesse et sa simplicité de conception. Il est d'ailleurs capable de tourner sur du carburant automobile au prix d'une légère perte de puissance, et sa maintenance peut être conduite avec un outillage de base. Les moteurs pouvaient être démarrés sans équipement au sol.

Les Bronco engagés au Viêt-Nam jouent le rôle de Forward Air Controller (FAC, Contrôle Aérien Avancé), organisant les frappes des F-4 Phantom et autres jets rapides. Ils prennent d'abord contact avec les troupes engagées, évaluent leur besoin, et éventuellement conduisent eux-mêmes les frappes en attendant les chasseurs-bombardiers rapides, à l'aide de leurs canons et mitrailleuses, et de pods de roquettes. L'emport de réservoirs externes de carburant, allié à la (relativement) faible consommation des turbopropulseurs, leur permettait de tenir jusqu'à cinq heures en vol.

Les Bronco furent aussi engagés pendant la Guerre du Golfe de 1991, dans leur version OV-10D, avec de nouveaux moteurs et un système de vision nocturne. Depuis, l'appareil a été retiré du service, et n'a aucun équivalent dans l'arsenal US, les FAC étant remplacés par des JTAC, Joint Terminal Attack Controller, basés au sol. L'US Air Force a publié en Juin 2009 une Request for Information pour un avion d'entraînement avancé et d'appui-sol léger, dont les performances requises seraient inférieures à celles d'un OV-10, mais à laquelle Boeing compte répondre avec une mise à jour de l'appareil, avec glass cockpit, canon de 30 mm et emport de 16 missiles Hellfire.

L'OV-10 fut largement exporté en tant qu'appareil anti-guérilla (COIN, COunter-INsurgency) dans des pays tels que l'Allemagne, la Colombie, le Vénézuela ou l'Indonésie. La plupart sont retirés du service ou destinés à l'être dans les prochaines années.

Liste des versions de l'appareil North American OV-10 Bronco

Toutes les photos de l'appareil North American OV-10 Bronco sur Pictaero

North American OV-10B (F-AZKM) North American OV-10B (F-AZKM) North American OV-10B (F-AZKM) North American OV-10B (F-AZKM) North American OV-10B (F-AZKM) North American OV-10B (F-AZKM) North American OV-10B (F-AZKM) North American OV-10B (F-AZKM) North American OV-10B (F-AZKM) North American OV-10B (F-AZKM)

Voir toutes les photos de l'appareil North American OV-10 Bronco

Les plus belles photos d'avions
Sukhoi Superjet 100-95 (SSJ100-95) (EI-FWA) Airbus A320-214 (WL) (VQ-BRW) Airbus A330-343 (HB-JHR) Raytheon Hawker 850XP (I-TOPH) Boeing 757-208 (TF-FIN) Airbus A320-214 (HB-IHY)