Dassault et les trireacteurs

Créer un nouveau sujet Répondre à ce sujet Ajouter ce sujet à mes sujets favoris

Auteur Message

pmpmpm
Membre

Inscrit le 28/01/2010
164 messages postés

# 28 janvier 2010 02:23
Quelqu'un peut il m'expliquer pourquoi dassault est le seul constructeur d'avions d'affaires a avoir choisi la solution trireacteur ? ds le meme ordre d'idee pourquoi la disposition des reacteurs a l'arriere en vogue des les annees 60 pour les avions civils moyen /long courrier a t'elle ete abandonnée ?
Voir le profil de l'auteur Envoyer un message privé à l'auteur

lequebecois
Responsable

Avatar de lequebecois

Inscrit le 11/02/2007
8 926 messages postés

# 28 janvier 2010 02:49
Bonjour,

Pour les moteurs sur les ailes, je crois que c'est surtout une question de bruit en cabine. Les appareils avec les moteurs fixés sur le fuselage sont évidemment plus bruyant.

Merci

_________________
Le bonheur est une pause entre deux emmerdes !

Adepte de la discutaille du coin du comptoir du café de la gare
Voir le profil de l'auteur Envoyer un message privé à l'auteur

Jerry Tumbler
Membre

Avatar de Jerry Tumbler

Inscrit le 08/10/2009
221 messages postés

# 28 janvier 2010 13:06
Dasault a construit les Falcon 50 et 7X avec 3 réacteurs plus pour son aspect psychologique que technique (quoique...). En effet, le 7X est un appareil long-courrier capable de franchir l'Atlantique Nord. En cas de panne c'est jamais de trop! Toutefois, Dassault a précisé que son 7X tout comme le 50 peut voler sur deux voire un moteur dans certaines conditions de charge d'emport.
Sécurité donc, et surplus de puissance au décollage.

_________________
"The way of the future"
Voir le profil de l'auteur Envoyer un message privé à l'auteur

Falcon 7X
Membre

Inscrit le 29/01/2010
4 messages postés

# 29 janvier 2010 23:08
Bonsoir,

Pour répondre à votre première question, Dassault a d'abord créé deux biréacteurs (Falcon 20 puis Falcon 10). Le concept triréacteur a été choisi en avril 1973 pour le successeur du Falcon 20, appelé à l'époque Falcon 20-3, pour plusieurs raisons : d'abord à cause du choix réduit de propulseurs adéquats sur le marché, ensuite pour une meilleure configuration aérodynamique (trois petits moteurs étant plus faciles à intégrer que deux gros : expérience du Falcon 30), enfin pour les performances au décollage : vitesse et distance réduites par rapport à un bimoteur. Enfin, à cette époque, les règles EROPS n'existent pas encore (Extanted Range OPerationS, les anglais traduisaient aussi par Engines Run or Passengers Swimm !), tous les avions de lignes long courriers étaient triréacteurs (DC-10, Tristar) ou quadriréacteurs (Boeing 707, 747) car le transport public au dessus des océans en biréacteurs était interdit, car pas certifié. Les biréacteurs Gulfstream traversaient les océans en vols privés, mais ne pouvaient pas le faire en charter, seuls les Falcon 50 et 900 en avaient le droit.

Les clients de Dassault sont restés sensibles à la sécurité procurée par trois moteurs sur long courriers, l'économie étant moins importante que la sécurité pour cette catégorie de clientèle.

Pour ce qui est de la position des réacteurs à l'arrière du fuselage, le concept a été breveté par Sud-Aviation pour la Caravelle - voir à ce sujet les excellents livres de Pierre Gaillard et de John Wegg. A l'époque, les réacteurs simple flux étaient très bruyants, leur installation le plus en arrière possible réduisant fortement le bruit dans la cabine, mais pas à l'extérieur ! Avec l'arrivée des turbofans, le bruit des réacteurs a fortement chuté, rendant inutile de les installer à l'arrière. De plus, l'installation sous les ailes rendait les remotorisations plus faciles, car elles s'accompagnaient de l'augmentation du diamètre des moteurs, ce qui posait des problèmes insolubles pour le réacteur central des triréacteurs.

Cordialement,
Voir le profil de l'auteur Envoyer un message privé à l'auteur

eolien
Membre

Avatar de eolien

Inscrit le 30/01/2008
6 989 messages postés

# 29 janvier 2010 23:23
... sans oublier les problèmes liés à la projection de parties des compresseurs ou des turbines vers le fuselage en cas de graves dommages ...

_________________
La dialectique est l'art d'atteindre la vérité au moyen de la discussion des opinions.
Voir le profil de l'auteur Envoyer un message privé à l'auteur

lequebecois
Responsable

Avatar de lequebecois

Inscrit le 11/02/2007
8 926 messages postés

# 23 février 2010 18:30
Bonjour,

Le Falcon 7X obtient sa certification de type des autorités chinoises

http://www.dassault-aviation.com/fr/avi ... oises.html

Merci

_________________
Le bonheur est une pause entre deux emmerdes !

Adepte de la discutaille du coin du comptoir du café de la gare
Voir le profil de l'auteur Envoyer un message privé à l'auteur

nago
Membre

Inscrit le 07/01/2007
5 500 messages postés

# 23 février 2010 19:46
Falcon 7X:
Il faut en finir avec cette légende du brevet de SA pour des réacteurs placés à l'arrière d'un aéronef.
Sous peu, un lien, le temps de le retrouver, prouvera le contraire!!!
Je dis bien LEGENDE
Il n'y a aucun document dûment enregistré qui le prouve.
Voir le profil de l'auteur Envoyer un message privé à l'auteur

okhly
Membre

Avatar de okhly

Inscrit le 11/05/2008
1 234 messages postés

# 24 février 2010 16:17
bonjour ,

le choix 2 ou 3 moteurs sur avion d'affaires se fait à partir de critères qui découlent de l'étude avant projet , de règles société et de l'offre motoriste :
- poussée au décollage > 0,3g pour piste courtes , standard chaud , altitude car on prend en considération l'exigence de nombreux clients d' accéder au plus près de leur destination finale où les aérodromes ont des infrastructures modestes .
- Cs en croisière
- diamètre du fan
- masse
- considérations de sécurité
Vu la hauteur de l'aile , l'implantation de nacelles sous voilure n'est en général pas possible et le montage en arrière de la zone pressurisée laisse une certaine liberté au regard du centrage . C' est de plus favorable en cas de rupture moteur non contenue.
Il y a l' inconvénient d'une moins bonne alimentation en air du moteur central à forte incidence qui peut
se manifester sur de très vieux moteurs par un pompage transitoire du compresseur . C'était bien connu sur les 727 . On croisait moteur central et externe et on continuait ...

_________________
Voir le profil de l'auteur Envoyer un message privé à l'auteur

Falcon 7X
Membre

Inscrit le 29/01/2010
4 messages postés

# 25 février 2010 21:43
Bonsoir Nago,

Dassault prévoyait dans le prix de vente de chaque Falcon 20 la somme de 3.000 F intitulée "Redevance SNIAS (position réacteurs)". Je doute que Marcel Dassault paye une redevance à son concurrent Henry Ziegler sur la foi d'une légende ...

Cordialement,

Falcon 7X
Voir le profil de l'auteur Envoyer un message privé à l'auteur

Falcon 7X
Membre

Inscrit le 29/01/2010
4 messages postés

# 25 février 2010 22:12
Pour compléter ma réponse, Sud Aviation avait déposé un brevet concernant la configuration de la Caravelle en France, aux Etats-Unis (n° 2863.620) et en Grande Bretagne (n° 724.052).

Falcon 7X
Voir le profil de l'auteur Envoyer un message privé à l'auteur

Vector
Membre

Avatar de Vector

Inscrit le 26/06/2007
4 006 messages postés

# 25 février 2010 23:36
C'était assez dans les habitudes de l'Aérospatiale de breveter des configurations d'avions et Airbus a fait de même il y a quelque temps. En fait, quand on a une bonne idée, c'est logique et ça permet de bloquer la concurrence. Michelin doit sa prospérité au brevet du pneu X. Et je viens de voir passer un brevet de missile particulièrement vicieux signé Ruag (suisse).

_________________
" Des trolls, n'en jetez plus, la cour est déjà pleine !"
Vector
Voir le profil de l'auteur Envoyer un message privé à l'auteur

Créer un nouveau sujet Répondre à ce sujet Ajouter ce sujet à mes sujets favoris

Ajouter une réponse

Vous devez être inscrit et connecté sur AeroWeb pour pouvoir ajouter une réponse à ce sujet !