Parlons formation...

Créer un nouveau sujet Répondre à ce sujet Ajouter ce sujet à mes sujets favoris

Auteur Message

Fishbed21
Membre

Avatar de Fishbed21

Inscrit le 27/05/2013
1 637 messages postés

# 9 février 2015 10:07
Si il y a une certitude, ou jusqu'à preuve du contraire, un avion ne vole pas tout seul... Est-ce qu'un crash est alors directement lié à la façon de piloter en cas de problème grave ? Je dirais qu'il y a tant de facteurs qui peuvent être pointé du doigt que ce serait un peu trop rapide de poser sur l'épaule du pilote toute la responsabiité du crash..

Je pense que les nouvelles technologies embarquées, ont apporté beaucoup de choses positives dans le transport aérien, c'est un fait... Est-ce qu'elles ont amené aussi une certaine passivité du pilotage où la surveillance des systèmes, de la gestion du vol, prime sur la surveillance dans le temps, de la qualité de pilotage pur et dur, du pilote ?

J'ai rassemblé mes souvenirs sur tous les vols que j'ai effectué avec des élèves pilotes, déjà bien avancés dans leur formation et qui avaient tous (ou à peu près) à l'époque, dans les 500 hrs de vol...

La grande majorité d'entre-eux, commençaient à être nerveux quand on abordait le décrochage, puis la vrille. ( Je dois dire aussi qu'aucun d'entre-eux avaient travaillé la vrille, à part un ou deux qui avaient passé leur CFI et donc, avaient leur endorsement : Vrille à 360 °, 1 à droite, 1 à gauche et c 'est tout )

Bref, ils n'avaient qu'un seul endorsement sur ce sujet sur l'ensemble de leur formation et un seul sur leur parcours professionnel ( minima entreprise sur le décrochage, qualif machine ), ce que j'ai trouvé assez léger...

Le résultat n'a pas été inquiétant, mais j'ai du quand même, pour la moitié, rattraper de lourdes erreurs. L'erreur la plus répandue : vouloir mettre les ailes droites avant d'avoir poussé sur les commandes afin de casser le décrochage et/ou, oublier de se servir du palonnier...

Il m'est arrivé plusieurs fois de décrocher, au décollage, ( décrochages classiques en surchage ) , à l'attérissage ( décrochages accélérés, 2 fois ) en virant un peu trop fort à fond les gamelles ... la raison principale à chaque fois : Prise de risque inutile.

D'un autre côté je lis mon logbook et je m'apperçois que tout au long de mon parcours, et bien il y a des endorsements, de façon régulière, sur le décrochage et la vrille. Pas de doute, ces foutues formations et entrainements m'ont sauvé... Mais cela peut aller plus loin, en ce sens, qu'un entrainement régulier du pilote est aussi économiquement viable à long terme, pour l'entreprise.

Et je suppose que si un entrainement régulier porte ses fruits pour le décrochage, il peut être aussi valable pour d'autres sujets, non ?

(Dernière édition le 9 février 2015 10:32)


_________________
L'alcool ne résout pas les problèmes, ceci dit, le lait et l'eau non plus...
Voir le profil de l'auteur Envoyer un message privé à l'auteur

Fishbed21
Membre

Avatar de Fishbed21

Inscrit le 27/05/2013
1 637 messages postés

# 9 février 2015 10:22
Ca fait longtemps que je pense que toutes les grandes compagnies aériennes devraient s'entendre pour la création d'un centre d'entrainement spécifique pour pilote de ligne...

_________________
L'alcool ne résout pas les problèmes, ceci dit, le lait et l'eau non plus...
Voir le profil de l'auteur Envoyer un message privé à l'auteur

Créer un nouveau sujet Répondre à ce sujet Ajouter ce sujet à mes sujets favoris

Ajouter une réponse

Vous devez être inscrit et connecté sur AeroWeb pour pouvoir ajouter une réponse à ce sujet !