Mais alors, qu'est-ce que c'est un bon pilote ?

Créer un nouveau sujet Répondre à ce sujet Ajouter ce sujet à mes sujets favoris

Auteur Message

Fishbed21
Membre

Avatar de Fishbed21

Inscrit le 27/05/2013
1 637 messages postés

# 23 mai 2015 11:52
Je laisse volontairement les vols en conditions IMC, avec lesquels je n'ai jamais été très à l'aise, pour me concentrer sur mes réactions, sur le moment et avec du recul, sur les vols où j'ai eu quelques problèmes dont j'en ai exposé ici, sur ce forum, quelques exemples.

Je n'ai pas le souvenir d'avoir paniqué, ni même avoir eu une réaction disproportionnée. Non, à la limite, je n'en avais rien à faire... Je pense avoir géré, par exemple, mes atterrissages forcés, comme si j'avais trop cuit un steak ou une saucisse sur un barbecue en me disant que ça passera en y ajoutant une grosse louche de sauce piquante. Je peux le dire, je me détache très facilement du problème qui me permet d'enchainer des réactions apprises et salvatrices, sans y penser ou presque. Avec le recul, il m'arrive de me dire qu' ici ou là, j'aurais pu faire mieux, mais cela ne va pas plus loin... pas d'émotions particulières.

J'aimerais bien d'autres avis de pilotes sur leur état d'esprit pendant un problème en vol...

(Dernière édition le 16 août 2015 18:21)


_________________
L'alcool ne résout pas les problèmes, ceci dit, le lait et l'eau non plus...
Voir le profil de l'auteur Envoyer un message privé à l'auteur

jodel112
Membre

Inscrit le 25/01/2013
537 messages postés

# 23 mai 2015 17:14
Bonjour Fishbed !

Trés intéressante question à laquelle personne n'a de réponse. Devant un même état de choses vous aurez autant de réactions que d'individus auxquels vous soumettez le problème.

Les séances au simulateur permettent d'encadrer un peu les actions, rarement les réactions. Au simulateur les pannes sont "formatées", par le constructeur bien sûr, et chaque panne appelle une check-list.

Toute la difficulté de l'élève tient à ses capacités à déterminer la check-list appropriée. Néanmoins les élèves s'organisent et savent par avance les petites marottes des instructeurs...et le tour est joué !

Dans le cockpit il en va différemment, on ne peut plus tricher, les pannes sont complexes et les réactions des intervenants impossibles à prédire, trop de facteurs entrent en jeu, non maîtrisables quel que soit l'entraînement préalable.

Vous avez beaucoup de chance d'être " non-émotif ", mais peut-être que chaque fois vous n'aviez qu'une solution qui s'offrait à vous, forcément la bonne, donc...

On a transformé en héros du siècle le gars qui a posé son avion dans l'Hudson, mais, que pouvait-il faire d'autre ? Où est l'exploit ?

Une pensée pour l'équipage du MD11 de Swissair qui s'est enfui du cockpit rempli de fumée, ont-ils expliqué aux passagers médusés que c'était fini, pour tous ?

Un ancien militaire Israélien m'a une fois fait part du désarroi de son haut commandement qui était obligé de constater que c'étaient justement les élèves les plus brillants à l'entrainement qui posaient le plus de souçis au combat !

Le courage est souvent le résultat d'une grande ignorance, la poltronerie semble plutôt basée sur de solides informations.

Et puis il y a le cas d'Eolien et de ses 25000 heures de vol, il a sans doute connu des moments difficiles, la chance lui a permis de pouvoir les expliquer mais est-ce pour autant un pilote exceptionnel ?
J'ai des doutes.

Jodel

_________________
Achetez tous "L'IFR selon Saint Yan"...et partez rassuré.
Voir le profil de l'auteur Envoyer un message privé à l'auteur

LightWeight
Membre

Avatar de LightWeight

Inscrit le 28/12/2006
2 767 messages postés

# 23 mai 2015 17:48
Il ne s' est jamais prétendu exceptionnel, au contraire, il se demandait comment il aurait réagi dans le cas de l' AF447.
Le pilote exceptionnel, c' est tamerl qui n' a jamais piloté....

De toute façon, tous les pilotes toujours vivants, sont de bons pilotes...
Voir le profil de l'auteur Envoyer un message privé à l'auteur

jodel112
Membre

Inscrit le 25/01/2013
537 messages postés

# 24 mai 2015 08:33
De toute façon, tous les pilotes toujours vivants, sont de bons pilotes......

Non, je ne suis pas d'accord avec cette maxime, la chance est un facteur important en aviation.

Quant à Eolien je le souçonne d'être trés doué pour exploiter à son avantage la valeur des autres, c'est un bon "communiquant", sans plus.

Jodel

_________________
Achetez tous "L'IFR selon Saint Yan"...et partez rassuré.
Voir le profil de l'auteur Envoyer un message privé à l'auteur

Fishbed21
Membre

Avatar de Fishbed21

Inscrit le 27/05/2013
1 637 messages postés

# 24 mai 2015 13:19
jodel112 a écrit :... Les séances au simulateur permettent d'encadrer un peu les actions, rarement les réactions. Au simulateur les pannes sont "formatées", par le constructeur bien sûr, et chaque panne appelle une check-list...
Tiens, cela me rappelle une petite histoire...

J'ai fait du simulateur qui était " programmé " pour des vols aux instruments sur Cessna 172. Bien sûr, étant plutôt joueur, au bout d'un moment je demande si je pouvais faire des vrilles avec ce formidable jouet. L'instructeur était d'accord. Aussitôt dit, idle, je tirais doucement sur le volant, puis j'appliquais une pression sur le palonnier gauche afin de provoquer la vrille. 1 tour, 2 tours, 3 tours, 4 tours, je casse la vrille, relâche la pression sur le palonnier, throttle, ailes droites... Mouais, pas mal...

Le lendemain, je saute dans un Cessna 172, taxi, position and hold, décollage, je grimpe à une altitude que j'ai estimé largement safe, direction l'espace d'entrainement, puis je reproduis exactement ce que j'avais fait sur simulateur la veille.

Pas de bol, entre le 3ème et le 4ème tours, le Cessna vrille à plat ! J'ai rattrapé l'avion au bout de 5 tours et demi en appliquant de belles secousses sur les commandes...

_________________
L'alcool ne résout pas les problèmes, ceci dit, le lait et l'eau non plus...
Voir le profil de l'auteur Envoyer un message privé à l'auteur

blowlamp59
Membre

Avatar de blowlamp59

Inscrit le 02/01/2009
267 messages postés

# 24 mai 2015 17:48
De toute façon, tous les pilotes toujours vivants, sont de bons pilotes......
Non, je ne suis pas d'accord avec cette maxime, la chance est un facteur important en aviation.

Bonjour à tous,
Je trouve ce sujet passionnant et je m'en vais apporter mon petit grain de sel si vous le voulez bien.
Je suis aussi pilote ( oh non, je n'ai pas l'expérience ni le nombre d'heures de vol de Fishbed et Eolien) mais il m'est arrivé au cours de ma courte carrière de pilote de planeur et accessoirement de moto planeur de me trouver dans des situations "pas drôles" qui auraient pu mal tourner pour moi.
Lors d'une nav' à environ 6000 pieds vers un aérodrome voisin, distant d'une 50aine de kilomètres, j'ai eu ma route coupée,(devant moi à environ 100 mètres) par un Alpha Jet de l'Armée de L'Air en entraînement basse altitude et qui a surgi de ma droite comme un boulet de cannon.Bien sûr il avait la priorité car venant de la droite, j'aurais dû plonger pour l'éviter (et c'est ce qu'on m'a appris à l'entraînement,) mais que pouvait bien faire un petit Dimona poussif face à un jet déboulant à 900km/h. Et là je suis d'accord avec Jodel 112, j'ai eu de la chance, car rien ne dit que si j'avais été à cet endroit précis 2 minutes plus tôt, je n'aurais pas été percuté par cet avion. A quoi aurait servi ce qu'on m'avait appris ?
Je parle de cela car un de mes amis appartenant au même aèroclub que le mien est mort aux commandes de son avion remorqueur.On a retrouvé son corps calciné coincé dans les tôles de son avion qui s'était écrasé dans la cour d'une ferme avoisinante.Que s'était-il donc passé? Undimanche après midi, alors qu'il remorquait un planeur , l'avion des paras de notre aérodrome, en plongée quasi verticale, après avoir largué ses parachutistes n'a pas vu l'avion de mon copain et est venu sectionner la queue de ce dernier qui hors de contrôle a plongé vers le sol.Ce dernier était un pilote accompli aux nombreuses heures de vol Alors? Manque de chance? Oui il s'est trouvé au mauvais endroit, au mauvais moment.

A titre personnel, lors d'un stage de vol à voile pendant les vacances d'été dans le Sud Ouest, le cable de traction entre l'avion remorquer et mon planeur s'est brusquement cassé au décollage. Nous apprenons en théorie à essayer de faire demi tour et nous poser contre QFU (sens inverse du sens d'atterrissage).Dois-je rappeler qu'un planeur n'a pas de moteur et qu'il n'est pas question de remettre les gaz ! J'ai eu de la chance car le cable s'est cassé alors que nous avions déjà gagné une certaine altitude et j'ai pu plonger le nez de mon planeur pour prendre du badin tourner au plus court et ai réussi à atteindre la "vent arrière" et me poser quasi normalement evec le cable qui pendouillait au bout du nez de l'appareil.
Des exemples de ce genre je pourrais les mutiplier.J'ai à chaque fois eu de la chance.
En résumé, les réflexes et l'entraînement ont beau être là, il y a une bonne part de chance qui fait la différence entre un pilote mort ou gravement blessé et celui qui descent de son zinc intact et va se "taper" une bière au bar de l'aérodrome avec ses potes.
Alors c'est quoi un bon pilote?....Un pilote qui a sa patte de lapin dans la poche ou celui qui l'a oublié aux vestiaires avant de partir?

_________________
If we open a quarrel between the past and present, we shall find that we have lost the future.

Winston Churchill, House of Common,18 June 1940
Voir le profil de l'auteur Envoyer un message privé à l'auteur

jodel112
Membre

Inscrit le 25/01/2013
537 messages postés

# 24 mai 2015 18:14
Re-bonjour !

Force est de constater que c'est encore Dieu qui décide...vraisemblablement un voisin de palier du Dieu des Vents.

Jodel

_________________
Achetez tous "L'IFR selon Saint Yan"...et partez rassuré.
Voir le profil de l'auteur Envoyer un message privé à l'auteur

LightWeight
Membre

Avatar de LightWeight

Inscrit le 28/12/2006
2 767 messages postés

# 24 mai 2015 19:54
Blowlamp59, la chance dont tout le monde profite un jour ou l' autre, jusqu' à un jour de malchance fatale, n' a rien à voir avec la qualité du pilotage. Les deux exercent dans tous les domaines....
Voir le profil de l'auteur Envoyer un message privé à l'auteur

Fishbed21
Membre

Avatar de Fishbed21

Inscrit le 27/05/2013
1 637 messages postés

# 25 mai 2015 10:02
Salut les gars,

La chance, oui, certainement... Mais j'ai comme l'impression qu'il a de petits signes avant-coureurs, des fois presque imperceptibles et surement difficiles à expliquer. Si je décortique sérieusement tous les problèmes que j'ai eu, je trouve dans la plupart des cas soit une sensation que mon avion était anormalement lourd ( surcharges ) ou une légère perte de pression ( instruments) avant décrochage ou l'arrêt du moteur. Les atterrissages forcés que j'ai fait, avaient tous ce genre signe. La chance ait voulu finalement, que le relief du sol me permettait d'atterrir plutôt bien ! Mais là encore, je savais où je volais et donc, qu'il y avait une tonne de terrains de dégagement en cas de problème, même à très basse altitude.

Sur les deux pertes moteur en vol ( Beech C99 et Aztec), seul celui sur Aztec m'a vraiment surpris par sa fulgurance et rapidité... Je n'ai rien vu venir, ce jour là, la chance fut surement d'avoir deux moteurs à ma disposition.

Et quand aux pannes instruments (pitot, radio, nav, électrique, etc....), assez régulières dans le temps, elles n'ont jamais mis mes vols en danger, jusqu'à présent smile

blowlamp59 a écrit :J'ai eu de la chance car le cable s'est cassé alors que nous avions déjà gagné une certaine altitude et j'ai pu plonger le nez de mon planeur pour prendre du badin tourner au plus court et ai réussi à atteindre la "vent arrière" et me poser quasi normalement evec le cable qui pendouillait au bout du nez de l'appareil.
De la chance ? Mouais, mais il y a quand même une réaction plutôt pro qui a favorisé grandement la sécurité du vol !

(Dernière édition le 25 mai 2015 10:13)


_________________
L'alcool ne résout pas les problèmes, ceci dit, le lait et l'eau non plus...
Voir le profil de l'auteur Envoyer un message privé à l'auteur

Créer un nouveau sujet Répondre à ce sujet Ajouter ce sujet à mes sujets favoris

Ajouter une réponse

Vous devez être inscrit et connecté sur AeroWeb pour pouvoir ajouter une réponse à ce sujet !