Flight Experience (simulateur de vol)

1 - 2 - Suivante - Fin

Créer un nouveau sujet Répondre à ce sujet Ajouter ce sujet à mes sujets favoris

Auteur Message

JILD380
Membre

Avatar de JILD380

Inscrit le 13/08/2008
115 messages postés

# 25 mai 2015 18:07
Bonjour tous,

Ce Dimanche, je viens d'expérimenter 90 minutes de simulateur chez Flight Expérience à Paris.
C'était la première fois que j'entrai dans le cockpit d’un avion de ligne (en l’occurrence un Boeing 737-800).
Une fois passé les quelques minutes nécessaires à l’apprentissage de base des commandes du 737, j’ai effectué plusieurs décollages et atterrissages de divers aéroports.
L’impression est vraiment très proche je pense de la réalité (bruits, inclinaison, roulage, etc…).
Mais voilà, j’ai une impression très mitigée.
En effet je n’ai que quelques heures de vol à voiles et 10 heures de vol sur PA28, TB10, CESSNA 150 et donc seulement une trentaine d’atterrissages et décollages à mon actif, mais quelle différence….
J’ai eu l’impression de gérer des boutons (Alti, cap, volets, trim, auto pilote, etc…).
Presque toutes les commandes sont automatiques.
J’ai découvert le monde aseptisé d’une cabine de pilotage d’un jet et je suis déçu.
Je ne pensais pas que le pilotage d’un avion de ligne était réduit à cette portion incongrue.
D’ailleurs, je ne pense pas que cela soit du pilotage. Uniquement de la gestion informatique.
Cela ne m’étonne pas que certains pilotes, quand leur système informatique tombe en panne, ne connaissent même pas les règles de base du pilotage.

Je comprends que dans le cas d’un vol commercial, un avion soit en grande partie géré par des ordinateurs, mais quelle tristesse.
Aucune joie, aucun plaisir.
En tous cas, c’est une expérience que je vous conseille, surtout aux plus jeunes qui voudraient s’orienter vers le métier de pilotes de ligne.
Si ce qui vous motive c’est l’amour du vol, alors, après une telle expérience, je crois bien que vous réviserez votre orientation.
Pour moi tout ce qui fait le plaisir de piloter est complètement absent. Toutes les décisions importantes qui font à la fois les risques et le plaisir du vol sont prise par un foutu ordinateur.

Donc, je persiste et signe, c’est un métier de presse-boutons.

Cordialement
JILD

_________________
Pas Professionnel, seulement amateur, et amoureux de tous ce qui vole.
Voir le profil de l'auteur Envoyer un message privé à l'auteur

Fishbed21
Membre

Avatar de Fishbed21

Inscrit le 27/05/2013
1 637 messages postés

# 25 mai 2015 18:56
Je suis d'accord...

Ca fait des années que je demande à Air France de me confier une ligne intérieure sur Airbus A320 afin de piloter comme je pilote mon PZL M18 Dromader pour faire redécouvrir aux passagers les joies infinies du pur pilotage au dessus du relief.

Et bien Air France, ces enfoirés, ne m'ont jamais répondu !

(Dernière édition le 25 mai 2015 19:01)


_________________
L'alcool ne résout pas les problèmes, ceci dit, le lait et l'eau non plus...
Voir le profil de l'auteur Envoyer un message privé à l'auteur

eolien
Membre

Avatar de eolien

Inscrit le 30/01/2008
6 989 messages postés

# 25 mai 2015 19:25
JILD,

Si vous avez payé la séance, vous vous êtes fait un petit peu escroquer.
Car d'après la relation que vous faites de cette expérience, c'était un vol en automatique.
Il aurait pu être en manuel.
Sur ces avions on peut tout faire, du tout manuel au tout automatique.

Mauvais temps ? Bordure d'orage, pluie, vent, bourrasques : pilotage manuel.
Brouillard ? Tout automatique.

Vous vous trompez, ce métier est merveilleux. Quelle satisfaction de renter chez soi en revivant par la pensée un courrier difficile, avec des pannes bien gérées, des problèmes de tous ordres bien maitrisés.
C'est un métier complet, technique et humain.
Chaque départ avec des copilotes, des hôtesses, des stewards que l'on ne connait pas, avec qui on va vivre une aventure. Des personnalités variées, avec qui on va vivre et travailler dans un espace réduit.

L'avion : la maitrise d'un système complexe. Le vol. L'escale.

Ne restez pas sur cette impression, ce serait dommage. Votre instructeur sur ce simu devrait changer d'activité s'il n'a pas su répondre à votre attente, qui était de de piloter un avion.

_________________
La dialectique est l'art d'atteindre la vérité au moyen de la discussion des opinions.
Voir le profil de l'auteur Envoyer un message privé à l'auteur

JILD380
Membre

Avatar de JILD380

Inscrit le 13/08/2008
115 messages postés

# 26 mai 2015 01:15
Cher Eolien,

Pour tout vous dire, je m'attendais un peu à ce que vous réagissiez.
Je ne dénigre pas le métier de conducteur de jet. Je dis simplement que l'essence même du pilotage ce n'est pas cela.
Pour moi les pilotes de ligne sont des gestionnaires. Il gère une équipe, des passagers, de la rentabilité, des problèmes météo, leur fatigue, et... des ordinateurs qui eux pilotent l'appareil.
Ce n'est pas une critique. Au contraire. Si ils veulent assurer la sécurité des nombreux vols qu’ils effectuent et bien à notre époque ils ne peuvent faire que comme cela.
Mais par rapport au vrai plaisir de piloter un avion, de le sentir vivre sous ses doigts et bien c'est quelque chose de complètement différent.
Je n'ai pas payé la séance, donc je ne me suis pas fait 'escroquer' comme vous dites. Cette séance m'a été offerte par mon ex patron pour mon départ à la retraite.
Il m'a offert aussi une journée de pilotage ULM Multiaxe (que je n'ai pas encore faite) mais je suis sur que la, dans ce petit appareil qui sera balloté de gauche à droite et de haut en bas, je me sentirai vivant, faisant corps avec la machine et je serai vraiment aux commandes de celle-ci et que sera moi et seulement moi qui pilotera.

Dans ce vol au simulateur, j'ai piloté, virage, monté, descente, et pas de pilotage automatique pour allez d'un aéroport à l'autre, mais quand au décollage, une fois que vous avez mis les moteurs à 40 % et que vous appuyez sur le bouton des auto manettes de régime, et que l'avion trim tout seul et que vous tournez un bouton pour le cap, et que vous tournez un autre bouton pour l'altitude et que vous tournez encore un autre bouton pour le taux de monté, et bien je pense que ca, ce n'est pas piloter un avion. C'est donner des ordres à des ordinateurs qui font le boulot à votre place. Et c'est ce que font tous les pilotes de ligne.
Je ne dénigre pas du tout ce métier, je serai à leur place je suis sur que je ferai comme eux, mais pour moi ce n'est pas du véritable pilotage.
Et si un jour, sur les vols commerciaux, on peut grâce aux ordinateurs, enlever de l’équation la possibilité d’erreurs humaines (malheureusement cela arrive) et bien bravo, mais je pense que quelques piqures de rappel sur les bases et le plaisir du pilotage aux pilote de ligne, serait bien utiles.
C’est pourquoi je me pose cette question. Si on enlevait toute assistance de vol dans ces appareils, est ce que tous les pilotes de ligne sauraient piloter dans de bonnes conditions leur appareil ?

Cordialement
JILD

_________________
Pas Professionnel, seulement amateur, et amoureux de tous ce qui vole.
Voir le profil de l'auteur Envoyer un message privé à l'auteur

Fishbed21
Membre

Avatar de Fishbed21

Inscrit le 27/05/2013
1 637 messages postés

# 26 mai 2015 08:47
Salut les gars,

Bon d'accord, j'arrête de blaguer...

Normalement ou paradoxalement pour certains, plus les systèmes sont nombreux et omniprésents, plus le pilote est qualifié. Le véritable pilotage réside dans le vol, de la mise en route des moteurs à un point A, jusqu'à l'arrêt de ceux-ci à un point B, cela inclut toute avionique et aide au pilotage embarquées.

Pilote de ligne n'est qu'une qualification, qui normalement est obtenue après une certaine expérience . Puis vient la qualification machine, qui reste à part dans le cursus, la formation, d'un pilote. Par exemple, un pilote privé peut très bien être qualifié sur un A340 ou un B747, s'en payer un et voler toute la journée en manuel si cela lui chante.

Le pilote de ligne est un pilote. Si il fait une grosse erreur de pilotage, qu'il soit aux commandes d'un avion ayant des facteurs de charge hors normes, une masse imposante ou un ULM, l'erreur de pilotage, de toute façon, sera là.

La formation d'un pilote, toute licence et qualification confondues, doit recevoir tout au long de sa vie de pilote, une formation adéquate et de qualité. Ce n'est pas retourner à l'école, mais y être en permanence.

(Dernière édition le 26 mai 2015 08:50)


_________________
L'alcool ne résout pas les problèmes, ceci dit, le lait et l'eau non plus...
Voir le profil de l'auteur Envoyer un message privé à l'auteur

Fishbed21
Membre

Avatar de Fishbed21

Inscrit le 27/05/2013
1 637 messages postés

# 26 mai 2015 09:28
Je ne suis pas sûr que de piloter un petit appareil sans aucune aide au pilotage, en palier, sur plusieurs heures, soit d'une joyeuseté enivrante et que cela révèle des sensations intenses de pilotage pur, bref, ce type de vol, qu'il soit fait sur un avion de ligne X ou un Piper mirage de toute beauté, on se fait chier... smile

(Dernière édition le 26 mai 2015 09:34)


_________________
L'alcool ne résout pas les problèmes, ceci dit, le lait et l'eau non plus...
Voir le profil de l'auteur Envoyer un message privé à l'auteur

eolien
Membre

Avatar de eolien

Inscrit le 30/01/2008
6 989 messages postés

# 26 mai 2015 10:01
J'ai toujours pratiqué avion commerciale et avion d'aéro-club.
Il n'y a pas de liberté dans l'aviation de ligne.
C'est un métier. Le maçon est-il libre dans sa tâche, le boulanger, le comptable, l'ingénieur ?...

Il ne faut pas comparer l'aéro-club et la ligne, mais les associer. Il y a des points communs.
Venant du milieu professionnel la SGS, (Système de Gestion de la Sécurité) fait son entrée dans les aéro-clubs.
Avec son "commissaire politique", chargé du "contrôle de la conformité"...

Au-delà de ces contraintes administratives, c'est l'expérience des uns mise à disposition des autres.

Question pilotage : oui, les avions modernes sont pilotés à travers des modes. Mais, heureusement encore, le décollage, la montée initiale, l'approche et l'atterrissage se font à la main.

Le reste comme le dit Fishbed n'apporterait rien, et c'est confié au troisième copilote, Monsieur le Pilote Automatique.

On ne peut pas réduire le métier de pilote de ligne au seul pilotage., ni même à la conduite du vol, ni même à la gestion du vol.
Pour le commandant de bord, cela commence à la maison et se termine à la maison, et touche un peu à tout. Au technique, au commercial.

Une panne.
Les mécanos disent : 3 heures.
L'escale dit : pas de personnel suffisant pour les débarquer et s'occuper d'eux.
La chef de cabine dit : il est midi, ils ont faim. Si je les sers maintenant je n'aurais plus rien pour eux et dans 5 ou 6 heures quand ils vont réclamer !
Le chef d'escale dit : pas de repas possible dans mon budget.
La chef de cabine dit : 3 heures d'attente à bord ça va être l'enfer, et je ne peux pas leur servir le repas sinon plus tard je n'aurais plus rien quand ils vont réclamer un repas !
Le chef d'escale dit : je n'ai pas de personnels suffisant et il n'est pas prévu de dépenser 350 repas aujourd'hui.
Le commandant de bord dit : Stop ! Vous les débarquez, vous les conduisez au restaurant et vous leur servez un repas.
Le chef d'escale dit : c'est votre responsabilité et c'est vous qui signerez le bon ?...
Le commandant de bord dit : Oui !
Et l'affaire est réglée. (le chef d'escale est responsable de son budget, pas le commandant de bord ... qui ne peut pas non plus faire n'importe quoi mais dont les décisions soulagent parfois tout le monde.)

On est bien loin du pilotage, mais au coeur du métier.
Pilote de ligne ?... Un métier passionnant !...
D'autant plus lorsque, comme j'ai eu l'extraordinaire chance de le vivre, on est commandant de bord !

(Dernière édition le 26 mai 2015 10:03)


_________________
La dialectique est l'art d'atteindre la vérité au moyen de la discussion des opinions.
Voir le profil de l'auteur Envoyer un message privé à l'auteur

Fishbed21
Membre

Avatar de Fishbed21

Inscrit le 27/05/2013
1 637 messages postés

# 26 mai 2015 10:21
Salut Eolien,

C'est clair, pilote de ligne ne se résume pas à poser ses mains sur un volant, et pour les plus téméraires, sur un stick (je plaisante).

En fait, dès que la licence est professionnelle, démarre alors tout un ensemble qui ne se résume pas à la seule action de piloter. Même le simple pilote professionnel qui démarre sa journée de frêt sur un bi-moteur léger, est activement plongé dans la paperasse, la régulation, la gestion, la méteo, etc...

Il est là l'idéal, des aller-retours réguliers dans le temps, entre la compagnie et l'aéroclub ou l'école de lair...

(Dernière édition le 26 mai 2015 10:25)


_________________
L'alcool ne résout pas les problèmes, ceci dit, le lait et l'eau non plus...
Voir le profil de l'auteur Envoyer un message privé à l'auteur

eolien
Membre

Avatar de eolien

Inscrit le 30/01/2008
6 989 messages postés

# 26 mai 2015 11:28
J'aurais dû insister sur "pilote de métier", surtout moi qui ai commencé le métier à transporter des fraises (Brest -Exeter en DC3) et des poussins ...

A tous les deux on devrait arriver à remonter le moral à JILD380 ...
D'ailleurs quelle idée d'avoir choisi 380 pour un adepte du tout à la main !... tongue

_________________
La dialectique est l'art d'atteindre la vérité au moyen de la discussion des opinions.
Voir le profil de l'auteur Envoyer un message privé à l'auteur

Fishbed21
Membre

Avatar de Fishbed21

Inscrit le 27/05/2013
1 637 messages postés

# 26 mai 2015 12:14
J'ai toujours aimé faire du frêt dans de petites structures ! Un jour j'ai apporté, en plein hiver, il neigeait à fond , dans les alpes australiennes, des petits cochons noirs qui gueulaient à couvrir le bruit du moteur. J'ai passé ma main au travers du filet de protection et j'ai attrapé le porcelet qui hurlait le plus fort, je l'ai posé sur mes genoux, quelques papouilles et il s'est endormi jusqu'à l'atterrissage... Rien que pour ça, je ne regrette pas d'avoir passé une licence professionnelle ! smile

_________________
L'alcool ne résout pas les problèmes, ceci dit, le lait et l'eau non plus...
Voir le profil de l'auteur Envoyer un message privé à l'auteur

JILD380
Membre

Avatar de JILD380

Inscrit le 13/08/2008
115 messages postés

# 26 mai 2015 17:31
Bonjour les pilotes,

J'ai fais une grosse erreur.
J'ai comparé deux choses qui sont complètement différentes et donc incomparables.
D'un coté un métier (que je ne connais pas) et de l'autre (pour moi) un réel plaisir.
Mon égreur vient surement du fait que j'attendais un peu trop de cette scéance de simulateur et que par rapport au peu que je connais et pratique, et bien il y a ..... un vrai métier.
Cette scéance au simulateur m'a quand même montré une partie (infime) de la somme de connaissance et de paramètres à gérés auxquels font face les pilotes de ligne. Sans oublié les autres (n'est ce pas Fishbed).
Je pratique le vol en amateur, donc par pur plaisir, et je me suis rendu compte que le vol en tant que professionnel est complètement différent.
J'ai quand même hate de faire mes vols en ULM (eurostar)

Cordialement
JILD

ps (pour Fishbed): c'est vrai que j'aime l'A380. Pas parce que je le trouve beau, mais cet appareil représente un énorme défi technologique et que pour une fois on peux peut être faire un petit et partagé cocorico....

_________________
Pas Professionnel, seulement amateur, et amoureux de tous ce qui vole.
Voir le profil de l'auteur Envoyer un message privé à l'auteur

eolien
Membre

Avatar de eolien

Inscrit le 30/01/2008
6 989 messages postés

# 26 mai 2015 19:22
Je viens de faire faire à un de mes stagiaires un dernier entrainement avant le test PPL (épreuves en vol ).
Sur une approche, il était trop bas et sa correction pas suffisamment déterminée : mi-figue mi-raisin, entre palier et descente et de ce fait on était toujours bas en courte finale.

L'accident du B777 à San Francisco résulte du même scénario. Une approche à vue sous le plan, des corrections insuffisantes ...

Que ce soit en ligne ou en aviation légère, les principes fondamentaux sont identiques.

JILD, peut-être que si une autre opportunité de faire une séance de simu vous est offerte, peut-être que vous la vivrez différemment, surtout si vous dites à l'instructeur que ce ne sont pas les prouesses électroniques qui vous branchent, mais l'envie de piloter un Boeing moderne à la main ...

J'insiste, je pilotais beaucoup plus souvent en manuel sur long courrier que comme instructeur à l'aéro-club, ou, pire que comme examinateur, où là je suis carrément un passager ...

JILD, comptez les secondes où votre instructeur tient les commandes ...

(Dernière édition le 26 mai 2015 19:26)


_________________
La dialectique est l'art d'atteindre la vérité au moyen de la discussion des opinions.
Voir le profil de l'auteur Envoyer un message privé à l'auteur

Fishbed21
Membre

Avatar de Fishbed21

Inscrit le 27/05/2013
1 637 messages postés

# 27 mai 2015 11:10
Camarades,

JILD380 a écrit :...Mon égreur vient surement du fait que j'attendais un peu trop de cette scéance de simulateur...
Non, ce n'est pas de l'aigreur. Disons qu'en 90 minutes, il est impossible de maitriser la chose... Commencer à prendre son pied sur une machine, c'est justement quand on connait tous les rouages de cette mécanique, des systèmes, c'est là que réside enfin le vrai plaisir de piloter. La maîtrise n'est pas dû au hasard.

Je prend l'exemple de l'artiste peintre qui ne maitrise pas vraiment le dessin et les couleurs, il s'autoproclamera très vite artiste "nouvelle vague" et contemporain et aura la critique facile et presque instinctive envers l'enseignement académique qu'il ne maîtrise pas et qu' il n'a pas jugé bon de prendre son temps, à travailler, pour bâtir un socle solide, des bases inébranlables...

Laisser le temps et le travail faire son office.

Moi aussi, j'aime bien l'Airbus A380, bien plus esthétique que le tout petit 747...

(Dernière édition le 27 mai 2015 11:23)


_________________
L'alcool ne résout pas les problèmes, ceci dit, le lait et l'eau non plus...
Voir le profil de l'auteur Envoyer un message privé à l'auteur

Fishbed21
Membre

Avatar de Fishbed21

Inscrit le 27/05/2013
1 637 messages postés

# 27 mai 2015 11:20
Tout ça pour dire, le jour où tu maitriseras ce simulateur, tu comprendras qu'il faut être justement pilote pour en explorer toutes les possibilités. On aura toujours besoin d'un doigt pour pousser un bouton.

(Dernière édition le 27 mai 2015 11:22)


_________________
L'alcool ne résout pas les problèmes, ceci dit, le lait et l'eau non plus...
Voir le profil de l'auteur Envoyer un message privé à l'auteur

JILD380
Membre

Avatar de JILD380

Inscrit le 13/08/2008
115 messages postés

# 27 mai 2015 11:26
Comme je l'ai dit plus haut, le cockpit est d'une formidable compexité, et je pense comme vous que pour en apprécier toutes les possibilités et resentir du plaisir au pilotage, il faut travailler pendant de longues heures de vol. C'est un métier.
Mais ne pensez vous pas que certains pilotes (inconsciement et avec le temps) n'ont pas perdu certains automatismes de base du vol ?

_________________
Pas Professionnel, seulement amateur, et amoureux de tous ce qui vole.
Voir le profil de l'auteur Envoyer un message privé à l'auteur
1 - 2 - Suivante - Fin

Créer un nouveau sujet Répondre à ce sujet Ajouter ce sujet à mes sujets favoris

Ajouter une réponse

Vous devez être inscrit et connecté sur AeroWeb pour pouvoir ajouter une réponse à ce sujet !