Actualité aéronautique

Boeing: Le test de charge ultime réussi mais à compléter

Article publié le 8 avril 2010 par Simon Castaing

Après vérification, Boeing vient de confirmer la réussite du test de charge statique réalisé la semaine dernière.

La semaine dernière, Boeing annonçait avoir fait subir avec succès le test de chargement ultime aux ailes du 787. Après une semaine de vérifications, l'avionneur américain confirme et donne plus de détails. La charge ultime a été atteinte pour la flexions des ailes et du fuselage (facteur de 1,5 fois la charge limite pour chacun d'eux). Toutes les données enregistrées lors de l'essai confirment que toutes les pièces mécaniques soumises aux divers chargements ont résisté comme prévu. Seul petit détail embêtant, le communiqué de presse précise que le fuselage a été pressurisé également à 1,5 fois la pressurisation normale. Or les réglementations européennes et américaines décrivent la charge ultime en pressurisation comme deux fois la charge limite.

Donc deux possibilités, soit il y a une erreur dans le communiqué de presse (ce que nous tentons de déterminer) soit, et c'est plus probable, les essais statiques n'ont pas encore réellement atteint les objectifs réglementaires. Je vous rappelle que le dernier test qui sera mené, de loin le plus impressionnant, est le test en rupture où le but est de déterminer la charge nécessaire à la destruction de l'avion. Pour le 777, il a fallu 154% de la charge limite alors que le 767 lui n'a jamais cassé.

L'ironie du sort est que tant que la charge ultime de 150% n'est pas atteinte, les ingénieurs sont angoissés et espèrent que l'aile ne cassera pas. A l'inverse, dès cette limite franchit, ils espèrent que l'aile va casser rapidement! Car toute résistance au dessus de 150% traduit une conception trop conservative et donc des surpoids qui nuiront aux performances de l'avion lors de son service commercial.

 

Vocabulaire:

Charge limite: Chargement maximum que l'avion risque d'atteindre lors de son service normal.

Charge ultime: Charge limite multipliée par un coefficient de sécurité imposé par la réglementation. L'avion doit être capable de subir cette charge pendant trois secondes sans perdre son intégrité.

Liens commerciaux

Les réactions des lecteurs

schwart
Membre

Inscrit le 09/04/2010
1 message posté

# 9 avril 2010 15:16
Hummm, comment va être attestée la représentativité de l'essai de pression ? Gonfler un fuselage (même composite) à 1,5 charge limite, puis recommencer plus tard à 2 x charge limite, ça risque d'être sportif pour les certificateurs US. Un aéronef n'est pas comme un ballon de baudruche, ils l'ont peut-être oublié. En tout cas, le 787 n'a pas fini de nous réserver des surprises...
Voir le profil de l'auteur Envoyer un message privé à l'auteur

Voir toutes les réactions sur le forum

Les plus belles photos d'avions
Boeing 757-33N(WL) (N77867) Bombardier CRJ-900 (ES-ACC) Airbus A320-233 (HA-LPJ) ATR 72-500 (ATR-72-212A) (OY-JZW) Airbus A320-251N (WL) (N301FR) Boeing 737-3G7/F (TS-ICB)