Actualité aéronautique

La FAA requiert 10 nm de séparation pour les 787 et 747-8 ... puis se rétracte.

Article publié le 6 octobre 2010 par David Barrie

Une note publiée le 29 septembre dernier par la direction de l'aviation civile américaine visant à déterminer la distance de séparation entre 787, 747-8 et d'autres avions a été annulé quelques jours après.

Dans la note préliminaire JO 7110.542 relative à la distance de séparation entre les Boeing 787 (toutes versions) ou 747-8 (en version passagers ou fret) et d'autres avions, la FAA conseillait de prendre dix milles nautiques pour tous types d'avions et pour toutes les phases du vol. Cette mesure aurait dû prendre effet le 1er novembre prochain jusqu'au 31 octobre 2011.

Aurait, car quelques jours après la mise en ligne de cette note et la diffusion sur Internet hier, la FAA a tout simplement annulé cette procédure temporaire.

Le but de la procédure était de fournir une distance pour les opérations des deux types d'avions alors que les programmes affichent un peu plus de la moitié des heures de vol nécessaires à la certification. D'ici quelques mois, le 787 sera mis en service.

La FAA a indiqué que des études indiquent que "les turbulences de sillage générées par le 747-8 et probablement aussi par le 787 (toutes versions) pourraient être plus conséquentes que celles d'avions répertoriés dans la catégorie 'Heavy'" (comme l'A380 par exemple).

Cette décision est aussi soudaine qu'étrange, d'autant que rien n'indique que des tests grandeur nature ont été effectués pour mesurer les turbulences de sillage, comme cela avait été le cas pour l'A380. Au bas de la note de service, on trouve finalement l'explication. Ces procédures se sont basées sur des informations de l'OACI et sur le travail effectué sur les turbulences de l'A380 en 2006. Grace aux masses des 747-8 et 787 et en utilisant des modèles numériques, il est apparu que les turbulences du 747-8 seraient similaires à celles générées par le 747-400. Par contre, bien que la FAA parle de la masse du 787 pour étayer son propos, aucune affirmation n'a été émise concernant ses turbulences de sillage.

Ces mesures étant très dures pour les deux avions de Boeing, la FAA a décidé de s'en remettre finalement aux essais en vol et indique que "la décision finale sera disponible lorsque les données des essais en vol auront été évaluées."

Liens commerciaux

Sur le même sujet

Les plus belles photos d'avions
Bombardier CRJ-900LR (N299PQ) Bombardier CRJ-200ER (C-FEJA) Airbus A320-216 (PK-AXY) Airbus A330-343 (PK-GPY) Airbus A330-343E (PK-GHA) Boeing 777-3DZ/ER (A7-BAW)