Actualité aéronautique

Oshkosh 2012 : Déception à l'hydrobase

Article publié le 25 juillet 2012 par David Barrie

Dix mille avions sur le site principal, trente hydravions sur le lac. C'est un constat d'échec pour cette partie du salon AirVenture.

Quand on a vu ce que donnait le meeting de Oshkosh pour les avions légers, on ne pouvait s'attendre qu'à pléthore d'hydravions sur l'hydrobase située sur le lac Winnebago, à quelques kilomètres au sud d'Oshkosh.

Les Etats-Unis comptent environ trente mille hydravions, en majorité à flotteurs, mais aussi à coque. Dix mille avions sont arrivés à AirVenture. Où qu'on soit sur le site, difficile de voir la fin du parking à avions. Ils sont souvent espacés de quelques centimètres, avec des allées suffisamment larges pour les laisser passer.

A l'hydrobase par contre, il n'y a pas foule, tant au niveau des appareils amarrés que du public. Dans la crique aménagée pour l'occasion, de façon remarquable il faut le noter, quatre hydravions sont stationnés aux pontons avant leur transfer plus loin dans la crique : Un Cessna, un Beaver, un Piper et un Searey.

Dans l'anse, on ne trouve que trente avions parqués là. Tous sont des avions à flotteurs. En majorité, on y trouve des Cessna de tous types, même un Caravan.

Searey expose un de ses avions en marge de la base. C'est, avec l'association des pilotes d'hydravions, le seul exposant vraiment important à côté des saucisses, glaces et autres confiseries !

Je m'attendais à voir une foule d'hydravions, tellement nombreux que les barques ne pourraient pas naviguer entre ; avec des avions aussi variés que des Cessna donc, des Single Otter, Albatros de Grumman, le Sikorsky S-38, un Mallard de Grumman aussi (aperçu au site principal ceci-dit), ... Je m'attendais aussi à voir des avions "expérimentaux" comme disent les organisateurs. Rien de tout cela. Il y a pourtant des hydravions "expérimentaux" aux Etats-Unis. Mais à cause de la plus grande fréquentation sur le site principal, les constructeurs préfèrent s'y concentrer pour accueillir plus de clients potentiels, quitte à ne pas faire voler son avion.

eaa

Et puis, autant on peut facilement discuter avec les pilotes sur la plateforme de Wittman Regional (le site principal), autant là, on ne sait qui est qui. Les bateaux sont amarrés "au large" et leurs propriétaires sont souvent partis voir le meeting à quelques kilomètres de là.

Et puis, fait absurde, la cassière encaissant les paiements des pilotes accostant (oui, il faut payer un droit d'entrée si on vient à AirVenture avec son avion) m'a fait savoir que le prix pour le lac était plus cher que pour le site principal ; pour accoster dans la crique, il faut payer cinq dollars de plus chaque jour que si on atterrit sur l'aéroport d'Oshkosh (où le droit de stationnement est de 10€ par jour).

Cependant, elle m'a promis qu'au moins un Albatros allait venir sur la base ... mais ça pourrait être mercredi ou jeudi. Elle ne le sait pas.

Enfin, sur le site principal, les avions enchainent décollages et atterrissages, même dans la matinée, pour répéter le meeting de l'après-midi ou simplement par plaisir. A l'hydrobase, encore une fois, les pilotes sont partis et les hydravions restent cloués à l'eau, si j'osais dire.

C'est donc une vraie déception pour un meeting de la classe d'Oshkosh. Hormis la beauté du lieu, on se demande même si à terme, cette facette d'AirVenture ne serait pas vouée à disparaître.

Liens commerciaux

Sur le même sujet

Les plus belles photos d'avions
Boeing 737-8 Max (N8704Q) Boeing 737-8 Max (N8704Q) Airbus A350-941 (F-WWCF) Eurofighter EF-2000 Typhoon FGR4 (ZK356) Boeing 757-2K2 (G-TCSX) Saab JAS-39C Gripen (39268)