Actualité aéronautique

Farnborough 2016 : Bell lance le V-280, complément du V-22 Osprey

Article publié le 12 juillet 2016 par Jean Bellessort

Après le succès du V-22 Osprey auprès des forces américaines, Bell a décidé de capitaliser sur son savoir-faire et présente à l’occasion du Salon de Farnborough 2016 son V-280 Valor.

Le postulat de base de Bell a été le suivant : malgré les difficultés de mise au point du V-22, la formule est désormais éprouvée et a séduit les militaires américains. Maîtrisant la technologie du convertible, Bell a donc décidé de frapper un grand coup en proposant son V-280 "Valor" comme remplaçant futur de la flotte actuelle de Black Hawk à l'US Army. Et visiblement, le concept a séduit, puisque cette dernière finance une partie du programme, bien qu'aucune commande officielle n'ait pour le moment été passée.

Bell V-280 Valor
La maquette à l'échelle 1 du Bell V-280 Valor

 

Pour ce nouveau programme, dont le budget exact n'a pas été révélé, Bell a pensé large dès le départ, afin de bien marquer la différence avec le V-22 Osprey. D'abord, le V-280 est un programme mixte civilo-militaire, avec comme objectif de créer un aéronef capable de relier Washington à Boston en une heure de vol et de se passer d'aéroports, tout cela avec onze à douze sièges aménagés de manière similaire à une classe affaires telle qu'on la trouve sur monocouloirs à réaction. Ensuite, la version militaire est d'emblée prévue pour avoir une version d'assaut pure à la manière des Mi-24 Hind russes, emportant à la fois des troupes et de l'armement lourd comme des missiles et des roquettes. Une version destinée à l'US Navy est prévue, avec une aile pouvant se mettre dans l'axe du fuselage. Les versions terrestres seront dépourvues de cette capacité, pour économiser en masse.

Bell V-280 Valor - concept embarqué
La version navale du V-280. Notez que l'empennage en V est orienté vers le bas sur cette version, pour permettre le repliage de l'aile.

 

Les performances visées sont impressionnantes : vitesse de croisière supérieure à 280 kts, et possibilité de maintenir le stationnaire à six mille pieds d'altitude et 35°C à la masse maxi prévue d'environ seize tonnes. Ce pré-requis de l'US Army, auquel Bell adhère totalement, est issu du retour d'expérience de la guerre en Afghanistan, où les V-22 étaient trop limités pour être déployés efficacement.

Pour parvenir à ces objectifs, Bell a procédé à quelques ajustements techniques. Le plus important concerne les moteurs : plutôt que de basculer intégralement comme sur les V-22, les moteurs resteront fixe à l'horizontale, tandis que seuls les rotors basculeront. Cela aura pour gros avantage de ne plus abîmer les revêtements des plateformes acceuillants le V-280, comme c'est le cas du V-22. De l'aveu de Vince Tobin, vice-président et responsable de la division "tilt rotor" chez Bell, la boîte de transmission et l'intégration des moteurs seront les points techniques les plus difficiles à résoudre. L'appareil sera intégralement construit en composites ; afin de réduire les coûts d'exploitation, les techniciens de maintenance auront la possibilité de visualiser sur tablettes l'exact emplacement des systèmes sur lesquels ils vont travailler.

Enfin, Bell compte sur une toute nouvelle philosophie d'avionique maison, en présentant en exclusivité un cockpit à écran intégral.

 

Bell V-280 Valor - cockpit
Le cockpit du V-280, ici en version sous jumelles de visions de nuit.

 

La construction du prototype est bien avancée, avec le fuselage et les ailes déjà assemblés. Le premier vol est prévu pour octobre 2017, mais pourrait être avancé puisque l'industrialisation se déroule plus rapidement que prévu, et les premiers essais en soufflerie et sur simulations semblent très prometteurs.

Liens commerciaux

Sur le même sujet

  • Bell (Constructeur)
Les plus belles photos d'avions
Sukhoi Superjet 100-95 (SSJ100-95) (EI-FWA) Airbus A320-214 (WL) (VQ-BRW) Airbus A330-343 (HB-JHR) Raytheon Hawker 850XP (I-TOPH) Boeing 757-208 (TF-FIN) Airbus A320-214 (HB-IHY)