Actualité aéronautique

Bourget 2019 : Intégral R, nouvel avion de voltige d'Aura Aero

Article publié le 22 juin 2019 par David Barrie

La tout jeune société toulousaine présente au 53e salon du bourget un prototype, quelques mois seulement après sa fondation. Il devrait voler cet été.

Aura Aero, placé devant l'entrée de "L'avion des Métiers" au salon du Bourget, a lancé il y a quelques mois son premier avion de voltige, l'intégral R. La toute jeune société, émanation de Répic'Air, a été fondée par Jérémy Caussade, Fabien Raison et Wilfried Dufaud ; ils présentent déjà le premier prototype de l'avion dont le vol inaugural est prévu pour l'été.

L'intégral R exposé au Bourget est la première itération d'une famille d'avion de voltige certifiée CS-23, norme classique de certification de l'AESA. Concrètement, c'est un avion de voltige biplace cote à cote. L'intégral R se veut être un appareil dédié à la formation intermédiaire à la voltige. Aura veut reprendre une activité qui n'existe pratiquement plus en France. Les trois fondateurs veulent se lancer sur le marché de formation au pilotage en proposant un avion qui corresponde aux attentes des aéroclubs. Ils pensent pouvoir offrir un avion performant pour sa catégorie et sûr.

Aura a décidé d'utiliser un moteur Lycoming AEIO 390 de deux cent dix chevaux. L'allumage électronique va permettre un réel gain sur le comportement moteur et sur la consommation en vol. L'hélice à pas variable est fournie par MT Propeller. Le réservoir d'essence est placé à l'avant de l'avion et peut contenir cent soixante-quinze litres ; une nourrice est intégrée avec un flotteur pour les phases de vol inversé. Enfin, deux réservoirs ont été installés dans la voilure pour effectuer du convoyage.

intégral

L'avion est conçu en bois et en fibres de carbone ; celles-ci viennent renforcer la structure bois. L'avion est conçu solidement pour passer des facteurs de charge de plus ou moins 7G. C'est Air Menuiserie qui fabrique la structure en bois. Les pièces en carbone seront réalisées directement par Aura Aero avec des outillages conçus et fabriqués par la jeune société toulousaine. C'est un investissement qu'Aura a voulu pour les pièces présentaient peu de risque.

Aura Aero joue pleinement la carte de la sécurité : l'entreprise a prévu un parachute de cellule afin de récupérer un équipage complet sans passer dans des parachutes individuels (même si ceux-ci pourront aussi être embarqués). Aussi, des systèmes d'absorption des chocs ont été intégrés aux sièges pour contenir les impacts. 

L'avion a été développé avec l'aide de Jean-marie Klinka, ingénieur chez Mudry sur le CAP20L par exemple. Wilfried Dufaud, qui nous accordé un entretien, parle de lui comme d'un "mentor". C'est grâce à lui qu'ils ont décidé de réaliser l'appareil en intégrant des matériaux composites sur l'aérostructure en bois. Cela permettra des réparations sur le long terme et offre la garantie aux propriétaires que l'avion volera pendant quarante ans. Le carbone est là pour renforcer la structure dans des zones très spécifiques ; le bois permet évidemment de réduire le prix des pièces comparé à une voilure entièrement en composites. 

Dans le cockpit, l’ergonomie se veut épurée. Un minimum d'éléments sont installés sur le tableau de bord, avec un grand écran Garmin en son centre.

intégral

Le prototype a été réalisé rapidement. Grâce aux outils numériques, Aura Aero a réussi à assembler un prototype en quelques mois pour le faire voler d'ici quelques semaines. Sans avoir volé, l'avion est déjà en phase de certification. L'intégral S, version tricycle, devrait rapidement voir le jour également. Un peu mois puissant, il sera plus simple d'utilisation. Le programme de certification courra jusqu'en 2021 ; une version kit sera proposée lorsque la solution sera validée par la DGAC.

L'entreprise va s'installer durablement sur la plateforme de Toulouse Francazal, ancienne base militaire occupée actuellement par diverses entreprises comme ATR ou Hyperloop. L'avion sera proposé aux alentours de 280 000€. Aura Aero espère en produire une trentaine par an ; la cadence "permettra de gérer raisonnablement les commandes" précise Wilfried Dufaud, responsable technique. Aura table aussi sur des commandes de la part d'acteurs institutionnels (grâce à la cabine large et la robustesse de l'avion) ou pour la formation sur la récupération en cas de perte de maîtrise d'un aéronef (UPRT).

intégral

Liens commerciaux

Sur le même sujet

Les plus belles photos d'avions
Boeing 787-8 Dreamliner (A7-BCZ) Boeing 737-804/WL (OY-JZL) Bombardier BD-700-1A11 Global 6000 (9H-AMF) Dassault Falcon 2000S (F-GFDA) Pilatus PC-12/47E (G-DYLN) Gulfstream G650ER (A7-CGC)