Incendies de forêt

Créer un nouveau sujet Répondre à ce sujet Ajouter ce sujet à mes sujets favoris

Auteur Message

Vector
Membre

Avatar de Vector

Inscrit le 26/06/2007
4 006 messages postés

# 31 août 2009 22:48
J'avais préparé ce texte il y a pas mal de temps, mais avec les incendies en Grèce et en Californie, il est redevenu d'actualité. A noter que les mêmes autorités californiennes m'avaient dit que le SS-2A ne les intéressait pas car ils avaient tout ce qui leur fallait en matière de bombardiers d'eau (des TBM Avenger!). Je voudrais donc revenir aujourd'hui sur quelques réalités incontournables à propos des effets de l'eau sur les feux de forêt intenses.

1) La température du foyer est si élevée que l'eau versée en pluie n'atteint pas même le sol, elle s'évapore en route (et d’ailleurs, il faut une très grosse averse d'orage pour venir à bout d’un feu)

2) Le facteur le plus important est la quantité d'eau déversée de manière concentrée par heure. Un jet n'a aucun intérêt s'il ne peut faire qu'une rotation ou deux à l'heure, quelle que soit sa capacité.

3) La charge concentrée est importante car l’eau doit percer le feuillage des arbres et atteindre le sol avant de s'évaporer, ce qui est notoirement difficile dans les très hautes forêts (Colombie-Britannique, Oregon, Washington).

4) Un autre phénomène répandu en Amérique du Nord est celui des « chandelles », c’est-à-dire des arbres isolés frappés par la foudre qui brûlent à l’intérieur pendant des jours avant de provoquer un départ de feu. Ces foyers sont dus au passage d’un front d’orage qui produit des milliers d’éclairs, souvent dans des endroits inaccessibles. Ils sont très difficiles à éteindre et on doit envoyer des équipes en rappel par hélicoptère. Sinon, il faut une bonne dizaine de tonnes d’eau pour coucher l’arbre et l’inonder.

5) On utilise des de plus en plus des produits retardants (de couleur rouge pour marquer les largages) pour "étouffer" le feu et prolonger l'effet de l'eau.

6) Une topographie accidentée n’aide pas et en montagne, les avions doivent évoluer dans des vallées souvent resserrées, dans la fumée (risque de flame-out) et avec des turbulences très fortes dues à l’incendie et au vent.

7) Les B-747 et autres DC-10 pourraient servir à créer des coupe-feu en avant de l’incendie, mais les coûts seraient déraisonnables, car on peut le faire par d’autres moyens, notamment terrestres.

La meilleure solution, lorsqu’il y a un plan d’eau à proximité, est un avion écopeur capable de voler lentement, avec une bonne charge d’eau, mais rapide en transit. Le plus prometteur était le Shin Meiwa SS-2A, mais il n’y a pas eu de commandes civiles. Un authentique STOL capable de voler à 280 kt en croisière et de larguer ses 15 tonnes d’eau à moins de 80 kt.
http://www.youtube.com/watch?v=dK0Foudm ... re=related
http://www.youtube.com/watch?v=Z1ngEJAF ... re=related.

Le « Canadair » CL-415 (6 tonnes) est trop petit, le Beriev 200 serait un bon candidat mais n’a pas de fonds de développement, et les hélicos lourds sont utiles (les hélicos légers servent surtout à amener la bière). Le Grumman Tracker ou Firecat est excellent, bien que ce ne soit pas un écopeur, à cause de sa maniabilité et de sa capacité d’atterrissage très court.

Historiquement, il y a eu de nombreuses tentatives de conversion d’avions de ligne et de bombardiers (B-17 et B-25). Le plus impressionnant est le Martin Mars dont deux volent encore et rendent des services immenses dans l’Ouest.
http://www.martinmars.com.
http://www.youtube.com/watch?v=cN5PY91sO7A

La tendance actuelle de convertir des jets est, à mon avis, une voie sans issue, à moins d’utiliser des Galaxy ou des Antonov 225

(Dernière édition le 1 septembre 2009 16:24)


_________________
" Des trolls, n'en jetez plus, la cour est déjà pleine !"
Vector
Voir le profil de l'auteur Envoyer un message privé à l'auteur

eolien
Membre

Avatar de eolien

Inscrit le 30/01/2008
6 989 messages postés

# 1 septembre 2009 09:11
Bonjour Vector,

au-delà de votre très intéressant article, je retiens le "show" à Sproat Lake...

Il faut plusieurs choses pour pouvoir le réaliser :
• la culture (le respect) des Avions anciens (ne pas les mettre à la casse...)
• une administration intelligente et ouverte pour permettre à des hydravions de décoller sur un plan d'eau partagé avec des bateaux de plaisance...
• des plans d'eau.

En France, nous avons les plans d'eau, c'est déjà un bon début...

Dans mon "pays", il y a, en été, des avions légers (Cessna) qui surveillent la forêt. Dès qu'ils aperçoivent une fumée, ils vont la survoler, et à faire des cercles au-dessus suffit en général à faire prendre conscience aux personnes en dessous qui vont eux-mêmes éteindre leur feu. Sinon, ils appellent et des moyens terrestres vont se diriger vers la cible.
Enfin, si l'incendie prend de l'ampleur, ce sont les jolis z'oiseaux rouges et jaunes qui viennent larguer leur flotte !

Mais ce qui se passe aux Etats-Unis est d'une telle ampleur qu'il faudrait une armée de Marsiens pour espérer arrêter ces incendies à l'échelle américaine...

Bonne journée,
Eolien777

_________________
La dialectique est l'art d'atteindre la vérité au moyen de la discussion des opinions.
Voir le profil de l'auteur Envoyer un message privé à l'auteur

Vector
Membre

Avatar de Vector

Inscrit le 26/06/2007
4 006 messages postés

# 1 septembre 2009 15:17
Bonjour Eolien,
Quand je m'occupais activement de la question, nous étions tombé sur un superbe petit bimoteur, le Twinbee, équipé de deux moteurs de 180 CV qui pouvait décoller avec une charge d'une tonne d'eau et orbiter pendant trois heures au dessus d'une zone suspecte. A la première fumée, il lâchait son eau et si ce n'était pas suffisant, il appelait la cavalerie. Les 15 minutes gagnées permettraient souvent de tuer le feu dans l'oeuf. Le SS-2A avait une capacité de 16 tonnes d'eau concentrée et cela permettait de faire un trou dans le front du feu. Avec des rotations assez rapides on arrive ainsi à bloquer la progression momentanément. Comme le feu est à son minimum la nuit, j'avais envisagé de faire des largages de nuit avec des lunettes infrarouges ou à amplification de lumière. Malheureusement, tout cela a été bloqué par de grandes manœuvres politico-financières.
Quand le feu atteint l'intensité de celui de LA, il n'y a effectivement plus rien à faire, sinon des contre-feux, mais c'est avant qu'il faut y penser. Napoléon a eu le même problème dans les Landes et il a décrété que quand la forêt brûlerai, il ferait fusiller le préfet. Le résultat a été probant et tous les efforts ont porté sur le débroussaillement préventif. CQFD.
Pour ce qui est de Sproat Lake, je me souviens être monté sur l'aile du Mars et quand je suis arrivé au bout, l'engin a basculé sur l'autre flotteur sous l'effet de mon poids. J'ai dû tomber de plusieurs mètres et j'ai eu assez chaud à cette hauteur au-dessus de l'eau !

_________________
" Des trolls, n'en jetez plus, la cour est déjà pleine !"
Vector
Voir le profil de l'auteur Envoyer un message privé à l'auteur

PHneutre
Membre

Inscrit le 27/11/2007
18 messages postés

# 1 septembre 2009 18:50
Bonjour,

Au sujet des incendies de forêts, j'ai vu hier après-midi plusieurs Canadair (principalement 3 mais il y en a eu jusqu'à 4 simultanément) écoper de l'eau et faire des largages sur un gros incendie à côté de la ville du Sabugal, district de Guarda, Portugal. J'ai pris plusieurs vidéos que j'ai mis sur Youtube (faire une recherche avec Canadair et Sabugal). Sauriez-vous identifier le modèle de Canadair (ils semblaient tous identique) dont il s'agissait ? Malgré la proximité des foyers avec le plan d'eau (maximum 5 km) le feu n'était toujours pas maîtrisé en fin de journée et ce matin, à nouveau 2 Canadair continuaient leur combat contre les flammes...

Image

(Dernière édition le 1 septembre 2009 18:58)

Voir le profil de l'auteur Envoyer un message privé à l'auteur

btu66
Membre

Inscrit le 22/06/2008
949 messages postés

# 1 septembre 2009 19:57
Bonjour.
Canadair CL-215. Moteurs à piston.
Voir le profil de l'auteur Envoyer un message privé à l'auteur

PHneutre
Membre

Inscrit le 27/11/2007
18 messages postés

# 1 septembre 2009 22:04
Merci pour la réponse btu66. J'avais finalement réussi à trouver le modèle sur Pictaero (il y a exactement le même appareil)
Voir le profil de l'auteur Envoyer un message privé à l'auteur

Vector
Membre

Avatar de Vector

Inscrit le 26/06/2007
4 006 messages postés

# 1 septembre 2009 22:26
Belle photo, je croyais qu'il était posé.
Oui c'est bien un CL-215 et le Portugal doit être un des derniers à exploiter ces avions à moteurs à pistons. Les Espagnols ont modernisés les leurs en 215T, à turbine.
Les conditions de vol au-dessus d'un incendie sont très délicates et l'air chaud peut jouer des tours. Un hélicoptère russe MIL s'est écrasé près de Marseille à cause d'une perte de sustentation dans l'air chaud (c'est un peu l'inverse d'une montgolfière). Les turbines sont moins sensibles, mais il faut quand même faire très attention.
Vos vidéos sont spectaculaire avec le passage entre les éoliennes.

_________________
" Des trolls, n'en jetez plus, la cour est déjà pleine !"
Vector
Voir le profil de l'auteur Envoyer un message privé à l'auteur

gerfaut
Membre

Inscrit le 27/03/2008
2 626 messages postés

# 29 septembre 2009 15:39
Bonjour,

Je ne sais pas ou mettre cette info, peut être l' a-t-on déjà donnée quelque part mais voici

Les drones Scan Eagle fabriqué par InSitu une filiale de Boeing ont aidé à lutter en Alaska contre des feux importants qui ont ravagé en aout 1800 km2 de forêt. Avec leur caméra infrarouge, ce drone de 18 kg et de 3 mètres d' envergure permet de détecter à 10 km le coeur des incendies, même à travers les fumées épaisses trop dangereuses pour les vols pilotés. Le images fournies sont plus précises et exploitables que celles du satellite Modus qui couvre aussi la zone.

Source Science et Vie octobre 2009, no1105, p.42

Voici une vidéo spectaculaire de ce que cela donne ! Appuyez sur le bouton HQ sous l' image, c' est encore mieux.

http://www.youtube.com/watch?v=h7DDRLSwpMg

(Dernière édition le 29 septembre 2009 15:46)


_________________
"Je prends tout doucement les hommes comme ils sont, j' accoutume mon âme à souffrir ce qu' ils font" (Le Misanthrope, Molière)
Voir le profil de l'auteur Envoyer un message privé à l'auteur

Vector
Membre

Avatar de Vector

Inscrit le 26/06/2007
4 006 messages postés

# 29 septembre 2009 16:14
Vidéo très intéressante.
Je me souviens qu'en 1986, on avait envisagé d'équiper les pilotes de bombardiers d'eau avec des jumelles infrarouges. L'expérience n'a pas été concluante car ce genre d'exercice de nuit est trop dangereux sans la perception du relief. Par contre, les pilotes de bird-dog (surveillance et coordination des opérations) en étaient très contents.
Lutter contre les feux de nuit est très efficace car c'est la période où le feu atteint son minimum d'intensité. A ma connaissance, l'idée n'a pas été reprise. Dommage !

_________________
" Des trolls, n'en jetez plus, la cour est déjà pleine !"
Vector
Voir le profil de l'auteur Envoyer un message privé à l'auteur

gerfaut
Membre

Inscrit le 27/03/2008
2 626 messages postés

# 29 septembre 2009 16:34
Merci Vector,

Je pense en fait, sauf erreur, que la vidéo sombre prolonge celle qui est plus claire (ou l' on aperçoit plus les fumées d' ailleurs) car l' heure ne différe que d' un quart d' heure. Il s' agit sans doute d' un règlage différent de la caméra en vol. Mais c' est peut être un montage...

Sinon, correction pour le satellite c' est Modis et pas Modus. Au temps pour moi.

_________________
"Je prends tout doucement les hommes comme ils sont, j' accoutume mon âme à souffrir ce qu' ils font" (Le Misanthrope, Molière)
Voir le profil de l'auteur Envoyer un message privé à l'auteur

Créer un nouveau sujet Répondre à ce sujet Ajouter ce sujet à mes sujets favoris

Ajouter une réponse

Vous devez être inscrit et connecté sur AeroWeb pour pouvoir ajouter une réponse à ce sujet !