Etude de marché Norimat étudiants d'HEC Paris

Créer un nouveau sujet Répondre à ce sujet Ajouter ce sujet à mes sujets favoris

Auteur Message

EliassHotta
Membre

Inscrit le 20/11/2016
1 message posté

# 20 novembre 2016 12:22
Etudiant en première année à HEC Paris, je poste ce sujet dans le cadre de mon projet d’études au sein du département entrepreneuriat, avec deux de mes camarades.
Nous réalisons une analyse du cas de l’entreprise Norimat, qui propose de concevoir sur mesure et de produire des matériaux métalliques – alliages titane-aluminium TiAl, alliages base nickel, superalliages etc – et céramiques techniques de haute résistance par le procédé de frittage flash SPS (Spark Plasma Sintering). Cette technique permet d’élaborer en un temps record et à moindre coût (minimisation des pertes en matières premières) des matériaux aux propriétés améliorées (résistance mécanique, résistance aux rayures, tenue en température, légèreté) et aux formes complexes (brevet déposé par l’un des trois fondateurs de l’entreprise). Norimat ayant déjà suscité l’intérêt d’un grand donneur d’ordres du secteur de l’aéronautique, notre démarche consiste à avoir votre avis sur la faisabilité du projet de Norimat, qui cherche à s’implanter sur plusieurs créneaux de la production de pièces dans l’aéronautique.
Plus précisément, nous cherchons à établir une étude de marché pour savoir :
• sur quelles pièces problématiques de l’aéronautique Norimat pourrait s’implanter afin d’apporter son expertise et ainsi faire une réelle différence dans la production (moindres coûts et délais, matériaux plus résistants). Nous savons déjà que le frittage SPS réalise de grandes performances sur les petites pièces de moteur
• les coûts, volumes produits et délais moyens pour ces pièces avec les procédés déjà existants dans le secteur
• comment les chaînes de fabrication de ces pièces sont organisées (grandes étapes de production, sous-traitance…)
Si, au contraire, vous pensez que ce secteur ne sera pas porteur à l'avenir, faîtes-nous part de vos idées de pivots ou de diversification, toute information est exploitable pour notre étude.
Nous ne cherchons en rien à obtenir des informations confidentielles, je reste à votre disposition si vous avez des informations complémentaires.
Bonne journée.
Voir le profil de l'auteur Envoyer un message privé à l'auteur

okhly
Membre

Avatar de okhly

Inscrit le 11/05/2008
1 263 messages postés

# 21 novembre 2016 17:28
https://recherche-technologie.wallonie. ... l?IDD=8350
Voir le profil de l'auteur Envoyer un message privé à l'auteur

sainthubert
Membre

Inscrit le 23/01/2009
42 messages postés

# 24 novembre 2016 16:42
Je n'ai pas pu ouvrir le lien proposé par Okhly et je ne sais pas ce qu'il apporte comme information.
Norimat présente son savoir faire sur son site ( je le découvre) . L'innovation en France ne peut qu'être encouragée. La société existe déjà depuis pas mal de temps preuve qu'elle a déjà su trouver des niches d'application pour fonctionner . Tout ceci est sympathique ..Meilleurs voeux pour son développement !

Et c'est là que j'ai un peu de mal à positionner votre démarche . si ce n’est que c’est un bon cas d’école ( O ;
Explications :
La technologie de métallurgie des poudres n'est pas nouvelle . Je suppose qu'elle a bien évolué , même en association avec le SPS ( prix du moule !) .Cette technologie est intéressante dès lors qu'on imagine un matériaux/pièce que l'on ne peut pas obtenir au départ par un procédé de fusion classique ( en restant sur du métal) , sans parler des céramiques .
Cette technologie ne s'applique pas à des pièces de grandes dimensions .Elle est loin d’être universelle. Elle est plutôt onéreuse,voire très onéreuse .
Et c'est à ce niveau d'intervient le point clef : seul l'utilisateur potentiel est en mesure de chiffrer l’intérêt technico-économique de recourir à cette technologie et ce , au cas par cas , après une étude d’analyse de valeur. Le paramètre majeur devient souvent le coût de la masse économisée ,car tous les produits de l’ aéronautique ,de l’ espace ont comme vocation de voler ,d’une façon ou d’une autre. Ce coût ,seul l’utilisateur le connaît . Il varie énormément , par exemple ,entre un produit tel qu’un avion civil d’un côté et un satellite à l’autre bout de l’échelle.
Vous savez ce qu’il resterait à faire : convaincre les utilisateurs de faire cette démarche , qui passera chez eux par des travaux d’homologation/ qualification … certification , donc déjà des frais de R et D. Ce sont les utilisateurs qui ont tous les éléments de décision et personne d’autre. Pas évident tout ça !
Pour les avions civils hum ! je ne verrais pas trop ,a priori,dans le contexte actuel, … côté motoristes peut-être , satellites ( smart materials )
Bon courage en tous cas !

_________________
faites de la technique
Voir le profil de l'auteur Envoyer un message privé à l'auteur

Garou01
Anonyme

Inscrit le 10/07/2017
8 messages postés

# 10 juillet 2017 12:05
Merci pour ce beau partage


voyance sérieuse gratuite par mail
Voir le profil de l'auteur Envoyer un message privé à l'auteur

Créer un nouveau sujet Répondre à ce sujet Ajouter ce sujet à mes sujets favoris

Ajouter une réponse

Vous devez être inscrit et connecté sur AeroWeb pour pouvoir ajouter une réponse à ce sujet !