Sondes de Pitot

Créer un nouveau sujet Répondre à ce sujet Ajouter ce sujet à mes sujets favoris

Auteur Message

MARTIN Jérôme
Membre

Inscrit le 26/08/2010
4 messages postés

# 26 août 2010 19:18
Effectivement, on a compris qu'il fallait chauffer la sonde pour éviter qu'elle gèle, seulement, je pense qu'au lieu de simples résistances, il faudrait carrément injecter vers l'extérieur de la sonde (par les deux orifices (il me semble) de la sonde elle même) de l'air chaud. La mesure avec cette sonde "dynamique" serait ainsi un peu moins précise, mais la sonde risquerait moins de geler...
Voir le profil de l'auteur Envoyer un message privé à l'auteur

nago
Membre

Inscrit le 07/01/2007
5 500 messages postés

# 26 août 2010 19:39
Le principe même du pitot étant de mesurer le pression statique, l'ajout d'une pression dynamique ne ferait que fausser la mesure.
Ce sont les drains obstrués par des impuretés qui semblent être la première cause d'ennuis. Et ça, cela se règle au sol, pas en vol.
Le dégivrages des drains a lieu d'être dans les couches nuageuses. A 30'000 pieds l'air est sec.
A moins de se trouver dans une méchante dépression située au niveau de croisière.
Au fait, la sonde ne va pas geler, mais l'eau non évacuée par un drain bouché, oui.
Voir le profil de l'auteur Envoyer un message privé à l'auteur

MARTIN Jérôme
Membre

Inscrit le 26/08/2010
4 messages postés

# 26 août 2010 19:50
Ben justement, des méchantes dépressions il y en a de plus en plus et le fait de souffler de l'air vers l'extérieur va déboucher, et si dans les deux orifices (l'orifice de mesure pression statique et dynamique) on ejecte avec la même pression, alors la différence de pression mesurée sera la même, et il me semble que c'est avec cette différence de pression seulement qu'on mesure la vitesse de l'avion par rapport à l'air (du moins on peut bien l'approximer en moyennant la pression atmosphérique), non ? Celà ferait ainsi double sécurité, l'une assurée par les équipes aux sols qui peuvent avoir 39° de fièvre (celà arrive), et l'autre par l'air chaud sous pression.

(Dernière édition le 26 août 2010 20:29)

Voir le profil de l'auteur Envoyer un message privé à l'auteur

nago
Membre

Inscrit le 07/01/2007
5 500 messages postés

# 26 août 2010 20:42
...allez, un bon coup de soufflette avant le décollage ne ferait pas de mal....
Encore faut-il prendre le temps de le faire!!!
- Nacelle et air comprimé, plus l'opérateur y dédié.
- Ça coute combien ?

(pas prévu dans les procédures pré-vol ?)
Voir le profil de l'auteur Envoyer un message privé à l'auteur

MARTIN Jérôme
Membre

Inscrit le 26/08/2010
4 messages postés

# 26 août 2010 21:01
Effectivement celà ne coute pas cher, seulement si on ajoute l'infirmier qui mesure la température de l'opérateur, plus l'autre infirmier qui mesure la température du premier infirmier, et celà à l'infini, celà peut couter très cher...
Voir le profil de l'auteur Envoyer un message privé à l'auteur

MARTIN Jérôme
Membre

Inscrit le 26/08/2010
4 messages postés

# 26 août 2010 21:06
Certes, le risque zéro n'existe pas, mais on peut l'amoindrir, et l'air chaud sous pression (dans lequel on pourrait mettre du kérozène en très petite quantité pour huiler) pourrait aussi servir aux pivots du gouvernail et des bouts d'ailes...

(Dernière édition le 26 août 2010 21:17)

Voir le profil de l'auteur Envoyer un message privé à l'auteur

Vector
Membre

Avatar de Vector

Inscrit le 26/06/2007
4 006 messages postés

# 26 août 2010 21:57
Salut à tous,
La sonde de Pitot remonte aux années 1830 et servait à mesurer la vitesse d'un navire. Depuis elle a pas mal évolué. Le phénomène du givrage est assez bien maîtrisé par les équipements actuels, on peut dire que le système Pitot-statique fait son travail dans plus de 99 % des cas. Pour les situations extrêmes, il suffirait d'extrapoler les dernières mesures "saines" au moyen d'une référence de vitesse indépendante, inertielle ou GPS, la précision serait suffisante pendant une dizaine de minutes.
Maintenant, le phénomène nouveau à haute altitude n'est plus une variante du givrage, mais l'accumulation de cristaux de glace qui produit le même résultat. Le réchauffage joue probablement un rôle négatif en favorisant le compactage de ces cristaux.
Je vous rappelle qu'Airbus offre une indication d'assiette de dépannage, le BUSS, qui permet au pilote de se sortir de la zone perturbée. Maintenant, rien ne prouve qu'il y a plus ou moins de cunimbs exceptionnels dans le FIT ou ailleurs. On va seulement plus haut et plus vite.

_________________
" Des trolls, n'en jetez plus, la cour est déjà pleine !"
Vector
Voir le profil de l'auteur Envoyer un message privé à l'auteur

eolien
Membre

Avatar de eolien

Inscrit le 30/01/2008
6 989 messages postés

# 27 août 2010 09:16
Bonjour,

Un raisonnement simple :

S'il n'y avait pas eu ces sondes Thalès défectueuses qui ont entrainé la perte de l'A330 d'Air France et mis en évidence des carences très graves dans l'analyse du risque des différents acteurs impliqués, on ne parlerait pas des problèmes des réchauffages des sondes Pitot.

Des milliers, des dizaines de milliers d'avions ont volé, volent et voleront sans aucun problème de sondes.

Bonne journée,
Eolien

_________________
La dialectique est l'art d'atteindre la vérité au moyen de la discussion des opinions.
Voir le profil de l'auteur Envoyer un message privé à l'auteur

Créer un nouveau sujet Répondre à ce sujet Ajouter ce sujet à mes sujets favoris

Ajouter une réponse

Vous devez être inscrit et connecté sur AeroWeb pour pouvoir ajouter une réponse à ce sujet !