SEP deux hélices

Créer un nouveau sujet Répondre à ce sujet Ajouter ce sujet à mes sujets favoris

Auteur Message

jpi066
Membre

Inscrit le 30/04/2012
2 messages postés

# 30 avril 2012 03:53
Pourquoi n'existe-t-il pas des petits avions mono moteur style DR400 sur lequel j'apprends à piloter. Avec un seul moteur et deux hélices, une de chaque côté. Ça devrait faire moins de bruit ,offrir une meilleure visibilité et un meilleur rendement, plus de problème de souffle hélicoïdal, le moteur pourrait être au centre comme dans les véhicules utilitaire et déplaçable pour optimiser le centrage. Enfin pourquoi y a-t-il une gouverne de direction, les oiseaux n’en ont pas, ne pourrait-on pas imaginer une seule gouverne de profondeur orientable. Et puis continuons le délire des ailes télescopiques qui permettraient d’ajuster l’allongement, donc la finesse en fonction du régime de vol. Non c’est pas tout ! le sens de rotation des hélices serait réversible (atterrissage sur terrain court). Le fuselage aurait une réserve d’air comprimé qui permettrait de booster l’appareil au décollage ou à l’atterrissage pendant une trentaine de secondes( en entrainant les hélices et non pas par réaction, c’est tout à fait réaliste( pas comme la voiture à air comprimé)). La réserve se rechargerait en croisière et pourrait être utile pour se poser aux vaches en cas de panne moteur. Bon d’accord faut qu’il puisse décoller.

_________________
Papy élève pilote / DR400
Voir le profil de l'auteur Envoyer un message privé à l'auteur

Vector
Membre

Avatar de Vector

Inscrit le 26/06/2007
4 006 messages postés

# 30 avril 2012 04:41
Bonjour jpi066,
En termes simples, une seule réponse à toutes ces questions : le poids et accessoirement la complexité.
Pour les deux hélices, il faut une transmission et le poids de toute cette mécanique annulerait largement les avantages escomptés. Le rendement ne serait pas sensiblement meilleur que celui de l'hélice unique et il existe une solution simple, le bimoteur !
Le souffle hélicoïdal n'est gênant qu'aux basses vitesses et au décrochage. En dehors de ça, il est compensé par un petit angle de calage de la dérive.
Concernant les empennages, diverses solutions ont été essayées avec plus ou moins de succès. Empennage papillon, braquage différentiel aérofreins différentiels, etc. Les oiseaux gouvernent avec leur queue, mais aussi avec les rémiges de bout d'aile (voir l'avatar de Didier, je crois). Il serait sans doute faisable d'utiliser le gauchissement des surfaces, mais là aussi le poids entre en jeu.
Pour les ailes télescopiques, on obtient le même résultat avec des volets et des becs, ou même avec la géométrie variable.
Pour l'inversion du sens de rotation des hélices, il est beaucoup plus simple d'inverser le pas, mais ce n'est pas très utile, il y a les freins, les reverse, et les spoilers ou les aérofreins.
Le dernier point de vos suggestions, un accumulateur d'énergie, c'est encore une question de poids, mais on utilise déjà des fusées pour aider au décollage et même pour freiner à l'atterrissage (C-130).
Pour ce qui est des "vaches", le bimoteur fait exactement cela et sinon, il suffit de planer. Sur ce point, Eolien est un spécialiste très expérimenté.
Bon rêves aéronautiques.
.

_________________
" Des trolls, n'en jetez plus, la cour est déjà pleine !"
Vector
Voir le profil de l'auteur Envoyer un message privé à l'auteur

Créer un nouveau sujet Répondre à ce sujet Ajouter ce sujet à mes sujets favoris

Ajouter une réponse

Vous devez être inscrit et connecté sur AeroWeb pour pouvoir ajouter une réponse à ce sujet !