Concorde: Ouverture du procès de la catastrophe aérienne

Créer un nouveau sujet Répondre à ce sujet Ajouter ce sujet à mes sujets favoris

Auteur Message

AeroWeb-fr.net
Membre

Avatar de AeroWeb-fr.net

Inscrit le 30/08/2005
3 524 messages postés

# 2 février 2010 06:00
Réaction à l'actualité publiée le 2 février 2010 06:00 :
Le procès de la catastrophe du Concorde, qui a fait 113 morts le 25 juillet 2000, s'ouvre cet après-midi devant le tribunal correctionnel de Pontoise dans le Val-d'Oise et ce jusqu'au 28 mai.
Voir l'actualité : Concorde: Ouverture du procès de la catastrophe aérienne

_________________
AeroWeb-fr.net
Voir le profil de l'auteur Envoyer un message privé à l'auteur

oxcart
Membre

Avatar de oxcart

Inscrit le 14/01/2010
3 messages postés

# 3 février 2010 11:44
Je suis impatient d'entendre le témoignage de ceux qui ont vu concorde en feu bien avant la lamelle du DC-10. Je touves étrange que l'enquête n'ai plus exploité cette piste...

_________________
Les pilotes de chasse font du bruit..., les pilotes de bombardier font l'histoire...
Voir le profil de l'auteur Envoyer un message privé à l'auteur

Phil6048
Membre

Inscrit le 10/02/2010
1 message posté

# 10 février 2010 00:42
Il est fort possible que si l'enquête n'a pas exploité cette piste c'est qu'elle n'existe certainement pas.
Si l'avion avait pris feu 700 m avant, donc presque au début du roulage, il est fort probable que des alarmes auraient retenti dans le poste de pilotage. De plus si un feu avait débuté au niveau du train donc des pneus L'alarme de pression faible des pneus aurait aussi alerté le pilote. Notez que cette alarme est inhibée à V1 car même si un pneu se dégonfle après V1 Concorde devait décoller. donc inutile de stresser le pilote.
Pour info cette alarme de faible pression d'un pneu avait été installée après l'incident de Washington de 1979. Un Concorde avait eu un réservoir percé suite à un éclatement de pneu du fait d'un sous gonflage pendant l'accélération. Et cette fois là c'était des morceaux de jante qui avaient abîmé l'aile.
Les données étaient différentes donc les remèdes aussi.
Qui pouvait imaginer qu'un Concorde allait un jour rouler sur un lamelle en titane lui découpant un pneu après la vitesse de décision.
Je pense qu'après dix ans passés, il est temps de laisser les anciens du Concorde tranquilles. Ces mises en examen nominatives sont à mon sens intolérables.
A suivre
Voir le profil de l'auteur Envoyer un message privé à l'auteur

Créer un nouveau sujet Répondre à ce sujet Ajouter ce sujet à mes sujets favoris

Ajouter une réponse

Vous devez être inscrit et connecté sur AeroWeb pour pouvoir ajouter une réponse à ce sujet !