Actualité aéronautique

Airbus: L'industrialisation de l'A350 en marche

Article publié le 3 mars 2010 par David Barrie

Le lancement concret de l'Airbus A350 XWB s'est effectué jeudi 25 février 2010 à Toulouse.

Fabrice Brégier, Directeur Général d'Airbus, a déclaré : "L'A350 est un programme d'avenir, il prendra le relais des A330 et A340."

Airbus espère en vendre entre deux mille cinq cents et trois mille sur la durée de vie de l'avion; c'est le double du nombre d'A330 vendus par exemple. Le premier avion sera assemblé en 2011 et effectuera son premier vol début 2012. Les premières livraisons sont toujours prévues pour 2013.L'Airbus A350 a reçu cinq cent cinq commandes de la part de trente-deux clients différents pour son nouvel avion.

 

En décembre 2009, le premier pli du panneau composite de l'A350 avait été fabriqué à Nantes grace à une nouvelle machine à draper les fibres. Cette structure est destinée au caisson central de l'appareil qui reliera la voilure au fuselage.
Ce panneau mono-bloc est d'une surface de trente-six mètres carrés et est le plus gros jamais fabriqué à Nantes.
Le caisson de dix-huit mètres de long sera utilisé pour tester des techniques de fabrication et valider la technologie retenue. Airbus a choisi de garder son savoir-faire dans les matériaux composites plutôt que d'externaliser la production et l'ingénierie.

 

Le 23 février 2010, Premium AeroTec en Allemagne a reçu l'autoclave qui permettra de produire les tronçons de l'avion.
Ce four pressurisé en forme de cylindre mesure vingt-cinq mètres de long et huit mètres de diamètres.
Le fuselage du futur A350 sera constitué principalement de matériaux composites en fibres de carbone cuits dans l'autoclave.
Cet outil sera installé dans une usine de plus de deux hectares à Augsbourg en Allemagne et commencera la production fin 2010.

Assemblage d'un mat réacteur de l'A320

Fabrice Brégier fait un discours lors de l'inauguration de St EloiLe 25 février dernier, Fabrice Brégier, Directeur Général d'Airbus, a inauguré un nouveau bâtiment, prénommé E74, à l'usine de St Eloi à Toulouse, le plus ancien site Airbus dans la ville rose (c'est l'ancienne usine Dewoitine fondée en 1920). C'est là que sont usinés, formés et assemblés tous les mats réacteurs des avions d'Airbus, de l'A318 à l'A380 en passant par l'A400M (en 2009, environ 1075 mats ont été produits). Le bâtiment a été terminé dans les temps, sans dépassement de budget.
La construction de près d'un hectare au centre ville a nécessité un investissement de quinze millions d'euros pour la seule structure. L'outillage qui viendra au sol coûtera à l'avionneur quarante-cinq millions d'euros!
Cette ligne construira les mats moteurs pour l'Airbus A350 XWB dès 2011. Elle sera organisée en chaîne mobile qui permettra le passage des pièces d'un poste de travail à un autre grâce à un pont roulant. Cela permet un gain de temps non négligeable, ainsi qu'un gain de place au sol de l'ordre de 30%. Enfin, la production seule des mats de l'A350 feront travailler deux cents personnes.

 

Fabrice Brégier et Pierre Cohen inaugurent le nouveau bâtiment de l'usine de St Eloi à ToulousePour les premiers essais moteurs sur un avion, Airbus a choisi un des deux prototype de l'Airbus A380-800 restants. Un mat spécial sera créé, reprenant la structure des mats A380 pour la partie sous la voilure, mais intégrant les attaches pour le nouveau moteur Rolls-Royce Trent XWB de l'A350 pour la partie liée au moteur. Ce mat sera livré cette année et devrait voler fin 2010.
Les mats réacteurs de l'A350 seront presque exclusivement fabriqués en Titane. La découpe des premières pièces métalliques a été lancée.

 

La ligne d'assemblage final avance aussi. La structure principale monte petit à petit. Airbus a annoncé que des panneaux photovoltaïques seraient installés sur le toit du bâtiment, fournissant plus de la moitié de l'électricité se la ligne A350.
Airbus a aussi signé un partenariat avec COFOGAR, une coopérative de la filière bois en Midi-Pyrénées, pour fournir à l'avionneur vingt-deux mille tonnes de bois par an pour alimenter les deux nouvelles chaudières à bois de six Mégawatts chacune installés dans les bâtiments de la chaine d'assemblage de l'A350. Cet équipement génèrera assez de chaleur pour l'ensemble de la chaine, et pourra être redistribuée en cas de surplus.

 

Airbus a tenu à souligner que ses nouvelles usines sont respectueuses de l'environnement. Les bâtiments sont mieux isolés, la lumière ambiante est utilisée, plutôt que la lumière artificielle, les déchets sont recyclés. L'avionneur fait beaucoup d'efforts pour rejeter moins de dioxyde de carbone et le fait savoir!

Liens commerciaux

Sur le même sujet

Les plus belles photos d'avions
Airbus A330-223 (PT-MVP) Boeing 737-8F2 (TC-JHC) Airbus A330-203 (TC-JNE) Boeing 737-8HX (UR-PSB) British Aerospace BAe 146-300 (D-AWBA) Airbus A330-243 (F-GSEU)