Actualité aéronautique

Ryanair appelle l'UE à prendre des mesures face à la situation en Espagne et ferme Pau

Article publié le 10 mars 2011 par Nicolas Auvray

La compagnie low-cost irlandaise fait encore parler d'elle, à la fois en France en fermant ses lignes à destination de Pau, mais aussi en Europe en appelant la Commission Européenne à agir face aux préavis de grèves déposés par les travailleurs d'AENA, entreprise publique gestionnaire des aéroports espagnols.

Après la fermeture la base marseillaise de la compagnie, Ryanair a annoncé le 3 mars la fermeture de toutes ses lignes à destination de l'aéroport de Pau, suite à des différends financiers avec les gestionnaires de l'aéroport. En effet, la CCI (Chambre du Commerce et de l'Industrie) a refusé de renouveler les "aides marketing" dont bénéficiait Ryanair en 2010. Cette dernière avait également demandé une augmentation de ces aides, passant de 1,44 à 1,5 millions d'euros. La CCI parle ici d'un "chantage financier".

Grace à Ryanair, Pau a comme destinations les villes de Bruxelles, Paris et Londres. Tous les vols seront suspendus à parti du 27 mars et Ryanair insiste sur les pertes que son départ causera à la plateforme paloise. Ce sont en effet quelques 120 000 passagers et plus de 120 emplois que la low-cost populaire draine à Pau. Cependant, les responsables de la CCI ne se montrent pas si perdants étant donné l'arrivée d'Air France et de son programme d'été annoncée quelque jours après la décision de Ryanair. C'est au travers de sa filiale City Jet qu'Air France exploitera l'aéroport de Pau mais également en partage de codes avec la compagnie régionale britannique FlyBe. Cette dernière assurera la desserte de Southampton à raison de deux vols par semaine.

De son côté, Ryanair transférera les destinations desservies au départ de Pau vers les aéroports de Biarritz, Lourdes et Béziers.

Mais l'aéroport de Pau peut-il espérer un retour rapide de Ryanair ? C'est ce qui se passe à Marseille. En janvier 2011, la compagnie a fermé sa base marseillaise, sa seule base française, suite à une mise en examen (considérée comme injustifiée par Ryanair) pour "travail dissimulé", entre autres. Aujourd'hui, Ryanair revient avec 11 nouvelles lignes pour l'été. Elle desservira donc, du 14 avril au 4 septembre, 23 destinations à partir de Marseille et prévoit de transporter 500 000 passagers.

"Ces opérations pendant l'été entraîneront un arrêt temporaire pour la nuit de deux avions immatriculés en Irlande, avec des membres d'équipages irlandais, engagés avec des contrats irlandais, et payant leurs impôts et leur cotisation sociales en Irlande, pour une période 4 mois. Ryanair reste engagé à l'aéroport de Marseille et nous sommes ravis de continuer à travailler avec Marseille et la chambre de commerce afin de lancer de nouvelles lignes et faire bénéficier de nouveaux visiteurs à MP2 (premier terminal 100% low-cost en France, NDLR) à partir de la mi-avril est jusqu'à début septembre 2011" à déclaré le PDG de Ryanair, Michael O'Leary.

Même si l'aéroport ne sera pas une de ses nombreuses bases, ça sera tout comme.

 

Destinations de Ryanair au départ de Marseille pour l'été 2011

De puis quelques semaines, l'Aena (entreprise publique gestionnaire des aéroports espagnols) parle d'une privatisation de 49% de son capital mais aussi de la privatisation des aéroports de Madrid-Barajas et de Barcelona-El Prat. De nombreux préavis de grèves ont alors été déposés par les travailleurs d'Aena (dont les contrôleurs aériens).

Ryanair a demandé à la Commission européenne de prendre des mesures urgentes afin de garantir que les grèves ne causeront ni annulations, ni retards pour les passagers de Pâques. Pour la compagnie, ces préavis de grèves sont conçus uniquement pour créer une désorganisation généralisée au cours de la période de pointe de Pâques. Ryanair a déjà exprimé plusieurs fois sa position face au droit de grève. Elle a d'ailleurs été mise en examen en France pour "entrave à l'exercice du doit syndical". Ryanair va même jusqu'à appeler l'Union Européenne à suivre l'exemple montré dans les années 80 par Ronald Reagan qui a licencié les contrôleurs aériens après s'être mis en grève.

De plus, elle condamne l'échec des gouvernements européens concernant la réforme du contrôle aérien qui a causé en 2010 de nombreuses grèves. Selon la compagnie, elles n'ont mené à rien à part les annulations et les retards de milliers de vols qui ont cette perturbés plusieurs millions de passagers à travers l'Europe. Pour Ryanair, les services aéroportuaires en Europe doivent être déréglementés et autorisés à concourir les uns avec les autres dans un système qui permettrait à un pays voisin d'assurer la gestion du trafic aérien en cas de grève. Même si celle-ci n'est pas forcement une solution idéale, il est clair qu'un système devrait être mis en place afin de contrer les éventuelles grèves du personnel aéroportuaire.

Liens commerciaux

Les plus belles photos d'avions
Boeing 737-8 Max (N8704Q) Boeing 737-8 Max (N8704Q) Airbus A350-941 (F-WWCF) Eurofighter EF-2000 Typhoon FGR4 (ZK356) Boeing 757-2K2 (G-TCSX) Saab JAS-39C Gripen (39268)