Bell-Boeing MV-22A Osprey

Description de la version Bell-Boeing MV-22A Osprey

Le V-22 Osprey est un avion militaire américain à décollage et atterrissage vertical (ADAV) à rotors basculant, pouvant décoller et atterrir comme un hélicoptère puis voler comme un avion normal, avec la vitesse et le rayon d'action d'un avion normal. Construit conjointement par Boeing et Bell Helicopter, c'est un avion multi rôle qui peut être utilisé comme transport de troupe ou avion de sauvetage. L'Osprey peut transporter 24 soldats et leur équipement, ou jusqu'à 9071 kg de cargaison interne ou 6803 kg de cargaison externe, à deux fois la vitesse d'un hélicoptère.

Le V-22 est un appareil exceptionnel au sens propre du terme, et cela n'a pas rendu facile sa conception. Le programme, qui a été lancé en 1981, a été suivi par le premier vol du prototype en 1989 ; les Marines et l'USAF ont respectivement mis l'appareil en opérations en 2007 et 2009. Il a été depuis été déployé en Irak et en Afghanistan. Le développement a été ponctué de plusieurs crash, dont les causes ont été trouvées, puis réparées, les unes après les autres :

• 11 Juin 1991 : un V-22 s'écrase au centre d'essai de Boeing durant une démonstration. Les deux pilotes réussissent à s'éjecter mais l'avion est gravement endommagé.
• 20 Juillet 1992 : un V-22 s'écrase en mer au large de la base des Marines de Quantico. Sept hommes sont tués. La cause de l'accident est un incendie moteur provoqué par un défaut mécanique. Des modifications seront ordonnées pour que le problème ne puisse pas se reproduire.
• 8 Avril 2000 : un MV-22 des Marines s'écrase près de Tucson durant une mission simulée d'évacuation. 19 Marines périssent dans l'accident. Officiellement ce n'est pas l'avion qui est en cause mais l'équipage qui a été victime d'une perte de portance due à un taux de descente beaucoup trop élevé.
• 11 Décembre 2000 : un MV-22 des Marines s'écrase en Caroline du Nord durant une mission de nuit. Quatre Marines sont tués. Tous les Osprey sont immédiatement cloués au sol jusqu'à ce qu'on découvre la cause de l'accident. C'est un défaut hydraulique doublé d'une erreur logicielle qui a provoqué l'accident. Au lieu de compenser, le système informatique a aggravé le problème, rendant l'avion incontrôlable.

Un des sujets de débat le plus prisé à propos de l'Osprey en dehors de sa fiabilité est le coût du programme, qui a explosé l'enveloppe initiale. Cet argent n'aura cependant pas été totalement perdu, et le développement du Bell/Agusta BA609, un avion de même configuration destiné au marché civil ayant fait son premier vol en 2003, est directement lié au programme du V-22. L'approche de Bell, qui consiste à transformer un avion en hélicoptère, est à comparer avec celles de Sikorsky et son X2, ou d'Eurocopter et son X3, qui eux essayent de donner à des hélicoptères les caractéristiques d'un avion.

S'il n'est pas capable d'autorotation (1), contrairement à un hélicoptère, ses rotors sont capables de tourner sur un seul moteur. De plus, contrairement à un hélicoptère, il peut bien entendu utiliser ses ailes pour planer, s'il est assez haut pour cela. Pour éviter de prendre plus de place sur les porte-avions américains que son prédecesseur le CH-46 Sea Knight (chez les Marines), il est doté d'une séquence complexe de repliage. Les rotors, en position hélicoptère, se placent au bon angle, puis les pales pivotent vers l'intérieur ; dès que les rotors sont repliés, c'est l'aile toute entière qui pivote pour se placer parallèlement au fuselage.

Boeing Rotorcraft est responsable du fuselage, de tous les sous-ensembles, de l'avionique numérique, et des commandes de vol électriques. L'associé Bell Helicopter Textron Inc. est responsable de l'aile, des transmissions, de l'empennage, des systèmes de rotor et de l'installation de moteur à son usine d’Amarillo, au Texas.


(1) l'autorotation est un procédé classique pour les hélicoptères permettant d'atterrir sans trop de dommages après une perte totale de propulsion. Le rotor est laissé en "roue libre", et se met à tourner rapidement pendant la descente. Le pilote, qui peut contrôler l'appareil grâce aux pas cyclique et général, laisse l'appareil descendre, puis réduit la vitesse de descente grâce au pas général juste avant le contact avec le sol.

Fiche technique de la version Bell-Boeing MV-22A Osprey

Armement
Canon(s) -
Mitrailleuse(s) -
Capacité
Capacité en carburant -
Capacité en fret -
Capacité en passagers -
Dimensions
Envergure -
Hauteur -
Longueur -
Surface alaire -
Equipage
Mécanicien(s) navigant(s) -
Mitrailleur(s) -
Navigateur(s) -
Pilote(s) -
Radio(s) -
Radio-navigateur(s) -
Masses
Masse à vide -
Masse maximale à l'atterrissage -
Masse maximale au décollage -
Motorisation
Moteur(s) -
Poussée -
Puissance -
Réacteur(s) -
Turbopropulseur(s) -
Performances
Distance d'atterrissage -
Distance de décollage -
Distance franchissable -
Plafond -
Rayon d'action tactique -
Turbulence de sillage -
Vitesse ascensionnelle -
Vitesse de croisière -
Vitesse de croisière maximale -
Vitesse maximale -
Production
Exemplaire(s) produit(s) -

Toutes les photos de la version Bell-Boeing MV-22A Osprey sur Pictaero

Voir toutes les photos de la version Bell-Boeing MV-22A Osprey

Les plus belles photos d'avions
Airbus A330-203 (PT-MVG) Airbus A330-223 (PT-MVP) Boeing 737-8F2 (TC-JHC) Airbus A330-203 (TC-JNE) Boeing 737-8HX (UR-PSB) British Aerospace BAe 146-300 (D-AWBA)