Curtiss 84 (SB2C Helldiver/A-25 Shrike)

  • Constructeur : Curtiss
  • Catégories : Appareils de la Seconde Guerre mondiale, Bombardiers
  • Pays : États-Unis
  • Année du premier vol : 1940

Description de l'appareil Curtiss 84 (SB2C Helldiver/A-25 Shrike)

Le SB2C Helldiver est un bombardier en piqué américain de la Seconde Guerre Mondiale, qui succéda au Douglas SBD Dauntless. Ce fut le dernier bombardier en piqué conçu et utilisé en tant que tel : son successeur prévu sera reconverti en avion d'attaque, et deviendra le AD-1 Skyraider. C'est aussi le dernier avion de combat conçu par Curtiss. Le Helldiver, engagé principalement dans le Pacifique par l'US Navy, ne laissa pas un souvenir impérissable à ses pilotes, et ne fut généralement pas considéré comme une amélioration marquante par rapport au SBD.

La Navy commanda le premier prototype du SB2C en Mai 1939, et l'appareil fit son premier vol le 18 Décembre 1940. Le Helldiver est un monoplan, monomoteur à aile basse ; de manière remarquable pour un bombardier en piqué, il est doté d'une soute à bombe, ce qui réduit la traînée en vol. Le prototype était propulsé par un moteur Wright R-2600 de 1500 CV en étoile, qui sera aussi utilisé, plus tard, pour le Grumman TBF Avenger.

Le principal défaut du Helldiver résidait dans ses qualités de vol. On exige des avions embarqués de bonnes caractéristiques de vol à basse vitesse, mais le Helldiver était, dans ce domaine, considéré comme pire que la moyenne, y compris des avions basés à terre. La vitesse de décrochage était trop importante, l'autorité des ailerons à vitesse d'appontage trop faible, la stabilité de l'appareil insuffisante. L'aile dû être agrandie, ainsi que la dérive. Les problèmes de stabilité provenaient en partie d'un fuselage relativement court par rapport à l'envergure, à cause d'une limitation en longueur due aux dimensions des ascenseurs des porte-avions américains.

Ces défauts, évidents pour certains avant même le premier vol du prototype, auraient peut-être en temps normal amené à l'annulation du programme ; mais les commandes étaient importantes, les appareils en service (Douglas SBD, Vought Vindicator, Curtiss SBC) considérés comme quasiment obsolètes, et l'entrée en guerre contre le Japon ne laissa pas vraiment le choix à la Navy.

Cependant, il s'avéra que même les performances pures de l'appareil n'étaient pas si extraordinaires que cela comparées au vieux Dauntless, qui s'était révélé efficace et relativement sûr lors des opérations dans le Pacifique, qui avait un rayon d'action équivalent ou supérieur, une charge de bombes équivalente, une bien meilleure stabilité (nécessaire pour la précision des bombardements en piqué), et ne rendait guère des points au Helldiver que sur la vitesse. La précision en bombardement du SB2C était dégradée encore par la lourdeur des ailerons à haute vitesse, et les vibrations causées par les freins de piqué.

Curtiss travailla bien entendu sur tous ces handicaps, ce qui donna une durée de développement très longue pour un appareil de ce type : ayant fait son premier vol six mois avant l'Avenger, il ne sera engagé au combat pour la première fois qu'en Novembre 1943, plus d'un an après l'avion de Grumman. Et les nombreuses corrections à apporter pour en faire un avion opérationnel au niveau de ce qu'attend la Navy ne se font pas sans mal : la masse de l'appareil augmente de plus de 40 %, rendant l'appareil sous-motorisé.

Les débuts de l'appareil en opérations ne sont donc pas brillants, mais Curtiss continue à travailler sur l'appareil, et l'arrivée d'un moteur plus puissant, le R-2600-20 Double Wasp de 1900 CV (version SB2C-3), résoud au moins le problème de la sous-motorisation. Le Helldiver, s'améliorant avec les versions successives, participera à la plupart des opérations aéronavales de la fin de la guerre. En 1945 cependant, la menace des porte-avions ennemis disparaissant, l'utilité des bombardiers en piqué n'est plus évidente, surtout que des chasseurs-bombardiers comme le Hellcat ou le Corsair emportent la même charge de bombes que le SB2C. Ce dernier restera cependant en service dans l'US Navy jusqu'à la fin des années 40.

L'engouement pour le Helldiver à l'export restera très limité, et la Royal Navy n'utilisera d'ailleurs pas un seul des quelques appareils achetés en opérations. La France, qui acquerra quelques machines, les utilisera en Indochine.

Liste des versions de l'appareil Curtiss 84 (SB2C Helldiver/A-25 Shrike)

Il n'y a pas de version référencé pour cet appareil.

Toutes les photos de l'appareil Curtiss 84 (SB2C Helldiver/A-25 Shrike) sur Pictaero

Voir toutes les photos de l'appareil Curtiss 84 (SB2C Helldiver/A-25 Shrike)

Les plus belles photos d'avions
Boeing 787-9 Dreamliner (F-HRBA) Boeing 787-9 Dreamliner (F-HRBA) Boeing 787-9 Dreamliner (F-HRBA) Airbus A330-243 (N968AV) Airbus A321-231(WL) (EC-MGZ) Bréguet Br-14P Replica (F-POST)