Lockheed P-38L Lightning

  • Constructeur : Lockheed
  • Appareil : Lockheed P-38 Lightning
  • Catégories : Appareils de la Seconde Guerre mondiale, Avions d'appui et d'attaque au sol, Avions de chasse

Description de la version Lockheed P-38L Lightning

Atypique, se distinguant de la masse de ses contemporains monomoteurs, le P-38 Lightning, avec ses deux moteurs et son envergure de presque 16 m (contre 11 m pour un Zéro, l'un des avions qu'il affronta) ressemble plus à un bombardier léger qu'à un chasseur. Pourtant, c'est en réponse à un appel d'offres pour un intercepteur de haute altitude que l'équipe de Lockheed conçu ce bipoutre à la silhouette si particulière, configuration partagée seulement pendant la guerre par les Fokker G1 et P-61 Black Widow.

Le Lightning est équipé de deux moteurs Allison V-1710 à turbocompresseurs, et armé d'un canon de 20 mm et de quatre mitrailleuses de 12,7 mm (pour la plupart des versions) dans le nez, ce qui lui donnait une excellente puissance de feu. Il connut un succès limité en Europe en tant que chasseur, étant relégué à la reconnaissance (devenant alors F-5) à partir de 1944 et remplacé par le Mustang. Il fut cependant employé avec beaucoup succès dans le Pacifique. Il combinait en effet de bonnes performances avec un excellent rayon d'action et la sécurité de deux moteurs, ce qui était un atout sur ce théâtre d'opérations ; et son armement concentré était dévastateur contre les fragiles appareils japonais. C'est un groupe de 16 P-38 qui intercepta le G4M Betty d'Isoroku Yamamoto, le stratège Japonais de Pearl Harbour, au cours d'une mission à la limite de leur rayon d'action.

Le P-38 eut un rôle important dans le défrichage des hautes vitesses par les Américains. Il était en effet handicapé par un défaut assez gênant : il était impossible, à partir d'une certaine vitesse de piqué, de ressourcer. Ce phénomène sur lequel Lockheed plancha pendant une bonne partie de la guerre était dû à la "compressibilité" : à l'approche de la vitesse du son, l'écoulement devient compressible, c'est à dire que la densité de l'air change localement. Cela change l'emplacement du centre de poussée (le point où est appliquée la portance), qui recule... bloquant l'appareil en piqué. Le problème fut théoriquement résolu par l'ajout de volets de piqué, qui annulaient ce recul du centre de poussée, mais en pratique ces volets ne purent être installés sur tous les appareils en opérations.

Fiche technique de la version Lockheed P-38L Lightning

Armement
Bombe(s) -
Canon(s) -
Charge offensive -
Missile(s) -
Mitrailleuse(s) -
Capacité
Capacité en carburant -
Dimensions
Envergure -
Hauteur -
Longueur -
Surface alaire -
Equipage
Mitrailleur(s) -
Navigateur(s) -
Pilote(s) -
Radio-navigateur(s) -
Masses
Masse à vide -
Masse maximale à l'atterrissage -
Masse maximale au décollage -
Motorisation
Moteur(s) -
Poussée -
Puissance -
Réacteur(s) -
Turbopropulseur(s) -
Performances
Distance d'atterrissage -
Distance de décollage -
Distance franchissable -
Plafond -
Plafond opérationnel -
Rayon d'action tactique -
Turbulence de sillage -
Vitesse ascensionnelle -
Vitesse de croisière -
Vitesse de croisière maximale -
Vitesse maximale -
Production
Exemplaire(s) produit(s) -

Toutes les photos de la version Lockheed P-38L Lightning sur Pictaero

Lockheed P-38L Lightning (N25Y) Lockheed P-38L Lightning (N25Y) Lockheed P-38L Lightning (N25Y) Lockheed P-38L Lightning (N25Y) Lockheed P-38L Lightning (N25Y) Lockheed P-38L Lightning (N25Y) Lockheed P-38L Lightning (N25Y) Lockheed P-38L Lightning (N25Y) Lockheed P-38L Lightning (N25Y) Lockheed P-38L Lightning (N25Y)

Voir toutes les photos de la version Lockheed P-38L Lightning

Les plus belles photos d'avions
Raytheon Hawker 850XP (I-TOPH) Boeing 757-208 (TF-FIN) Airbus A320-214 (HB-IHY) Cessna 525B Citation CJ3 (OO-PAR) Embraer ERJ-135BJ Legacy 600 (D-AJET) Cessna 510 Citation Mustang (D-IRUN)